Ligue des champions : les Lyonnaises rejoignent le Barça en finale après leur victoire sur la pelouse du PSG

Les Lyonnaises se sont imposées 2-1 face au Paris Saint-Germain, dimanche, et ont entériné leur qualification pour la finale de Ligue des champions.
Article rédigé par Anna Carreau - au Parc des Princes
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les Lyonnaises célébrant leur but face au PSG en demi-finale de Ligue des champions, le 28 avril 2024. (THIBAULT CAMUS / SIPA)

Cette fois-ci, elles n'ont pas eu besoin de renverser la rencontre. Après avoir ouvert le score dès la 2e minute, les Lyonnaises se sont offert une victoire de prestige 2-1 en demi-finale retour de Ligue des champions face au Paris Saint-Germain, dimanche 28 avril, pour assurer leur place en finale (après leur victoire 3-2 à l'aller). Les joueuses de Sonia Bompastor disputeront donc à Bilbao, le 25 mai prochain, leur 11e finale de la compétition européenne, face au FC Barcelone, finaliste après avoir battu Chelsea (2-0) samedi.

Habitué des grands rendez-vous, l'Olympique lyonnais a profité de son avance scellée lors de la demi-finale aller (3-2) pour se contenter de dominer la rencontre sans réellement punir. Si Selma Bacha a fait le travail au coup d'envoi avec une lourde frappe rasant le poteau de Constance Picaud (0-1, 3e), les Parisiennes sont progressivement revenues dans la rencontre, portées par un Parc des Princes bien garni (29 400 spectateurs) et un énième but de Tabitha Chawinga (1-1, 41e). Mais la défense parisienne a encore montré toutes ses lacunes lorsque Melchie Dumornay a lancé une sublime action collective avec les entrantes Vicki Becho et Amel Majri, qu’elle a finalement conclue du droit à 15 mètres (2-1, 81e).

Constance Picaud pour éviter une vraie déroute aux Parisiennes

Pourtant, au coup d'envoi, Jocelyn Prêcheur avait fait le choix audacieux d'une défense à cinq, alors que ses joueuses devaient mettre au moins deux buts pour rêver d'un ticket direction le Pays basque espagnol. Mais dans un match particulièrement débridé, la vraie star de l'arrière-garde parisienne a été Constance Picaud, assurant à merveilles son rôle de double de Katarzyna Kiedrzynek, blessée. Après s’être fait prendre dans son angle fermé au coup d’envoi, la gardienne parisienne a dégouté tour-à-tour toute l’attaque lyonnaise : Kadidiatou Diani (23e, 43e), Melchie Dumornay (52e) puis Delphine Cascarino (65e).

Obligée de parer aux manques d’anticipation d’Eva Gaetino ou aux pertes de balle d’Elisa De Almeida, la gardienne française a même été décisive face à sa propre défenseure, Jade Le Guilly, venu couper un centre de Delphine Cascarino à son premier poteau (34e). Autant d’occasions que n’ont pas su conclure les joueuses de Sonia Bompastor, comme trop souvent cette saison.

Retrouvailles avec les blessées

Si elles ont joué sur la retenue pendant 90 minutes, les Lyonnaises ont beaucoup moins mesuré leur joie sur les célébrations d'après-match, courant dans les bras les unes des autres pour fêter une qualification en finale de Ligue des champions devenue presque routinière pour celles qui sont huit fois championnes d'Europe. Eugénie Le Sommer et Sara Däbritz, forfaits jusqu'à la fin de saison, se sont jointes à elles quelques minutes plus tard, tardant à suivre le groupe avec leurs béquilles. Même Michele Kang, la nouvelle propriétaire de l'Olympique lyonnais féminin, a enjambé les panneaux publicitaires du Parc des Princes pour célébrer le premier succès de son ère avec un parcage rhodanien bien garni.

Avec cette victoire, les Lyonnaises gonflent ainsi leur bilan très positif face à leurs "meilleures ennemies" avec quatre victoires (2-0 lors du Trophée des championnes, 1-0 en D1 et les deux en Ligue des champions) et un nul (1-1 en D1) cette saison. En attendant de peut-être se retrouver en finale de play-offs, le 17 mai prochain. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.