Cet article date de plus d'un an.

Ligue des champions : Les cinq raisons d'espérer pour Lyon face au Bayern Munich

Depuis le début de la campagne européenne, le Bayern Munich impressionne. En neuf matches et autant de victoires, les Allemands ont inscrit trente neufs buts (huit encaissés) en Ligue des champions. Ils sont même devenus les premiers à en marquer huit lors d'un match à élimination directe, en quart de finale, face au FC Barcelone (8-2). Les joueurs d'Hans-Dieter Flick joueront donc la rencontre face à Lyon dans la peau du favori. L'Olympique lyonnais a toutefois quelques raisons d'espérer se qualifier, mercredi, à Lisbonne, pour sa première finale de Ligue des champions.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Houssem Aouar, brassard de capitaine sur le bras, joyeux après la qualification en demi-finale. (FRANCK FIFE / POOL)

► Lyon a déjà déjoué les pronostics

Peu d'observateurs croyaient à une qualification des Lyonnais avant leur double-confrontation face à la Juventus, en huitième de finale de la Ligue des champions. Les septièmes de Ligue 1 ont finalement éliminé les champions d'Italie à l'issue de leur double confrontation (1-0, 1-2). Face à Manchester City, en quart de finale ? Pareil. La victoire des joueurs de Rudi Garcia était même évaluée à 11/1 et leur qualification à l'issue du match nul à 8/1. Résultat ? Ils ont éliminé les Citizens (3-1) et joueront le Bayern en demi-finale. Alors, pourquoi pas déjouer les pronostics une troisième fois ?

► Houssem Aouar est impressionnant

"Avec Aouar, Caqueret et Guimaraes, ils ont trois joueurs exceptionnels au milieu.Pep Guardiola a complimenté l'ensemble du milieu lyonnais après la défaite des siens, en quart de finale. Kevin de Bruyne, son capitaine, a préféré s'attarder sur un seul homme, Houssem Aouar, le joueur qui l'a le plus impressionné. Et pour cause, après une performance de haut niveau face à la Juventus, le vice-capitaine lyonnais a une nouvelle fois été précieux grâce à sa technique et sa vision du jeu. S'il a réussi quatre dribbles -plus haut total de la rencontre- il a également été décisif. C'est lui qui lance Moussa Dembélé sur son premier but (79e, 2-1) et dont la frappe est repoussée par Ederson, avant son opportuniste doublé (87e, 3-1). Il en est d'ailleurs à sept passes décisives en 14 matches de Ligue des champions, depuis ses débuts dans la compétition (2018/2019). Contre le Bayern, il pourrait donc de nouveau débloquer la situation.

► L'OL sait subir et rester efficace

Dominés par Manchester City (71 % de possession), qui ont tenté 18 tirs (sept cadrés), les Lyonnais n'ont pas craqué. Mieux, ils ont marqué trois fois sur leurs sept tentatives (six cadrées), grâce à Maxwell Cornet (24e) et Moussa Dembélé (79e, 87e). Lorsque l'on s'intéresse aux expected goals ("buts attendus"), une statistique qui mesure la qualité des chances créées, le constat est le même. Face aux joueurs de Pep Guardiola, ceux de Rudi Garcia en ont concédé plus (2.68 xG) qu'ils en ont créés (0.87 xG). Selon ces statistiques, Lyon n'avait d'ailleurs seulement que 10% de chances de gagner le match. Idem face à la Juventus (3 xG contre 1.03 xG). Au total, contre les Bianconeri et les Sky Blues, ils ont concédé cinq fois plus d'expected goals (5.78 xG) qu'ils n'en ont créés (1.15 xG, sans compter le penalty contre la Juventus). Et pourtant, ils se sont qualifiés à chaque fois.

► Les clubs allemands réussissent bien aux Français

Avant la victoire du Paris Saint-Germain face à Leipzig (3-0), en 64 rencontres de Ligue des champions, les clubs allemands n'avaient gagné que 25 matches face aux Français (12 matches nuls, 27 défaites). Lors des trois dernières confrontations en phase à élimination directe, les équipes françaises se sont même toujours qualifiées. Le Paris Saint-Germain a en effet éliminé Leverkusen (8e, 2013/2014) puis Dortmund (8e, 2019/2020), deux ans après la performance de Monaco face à ce même Borussia (1/4, 2016/2017). Et la dernière fois que le Manchester City de Pep Guardiola a été éliminé par un club français, Monaco (2016/2017), les Monégasques ont ensuite battu un club allemand (Dortmund). De bon augure pour Lyon ?

► Les Lyonnais sont en pleine confiance

Le facteur psychologique aura également son importance dans cette demi-finale. Or le moral et la confiance des Lyonnais n'ont jamais semblé aussi élevés. Avant Turin, Bruno Guimaraes était déjà persuadé que l'OL pouvait "gagner la Ligue des champions". Après avoir éliminé la Juve puis City, les Lyonnais se sentent désormais capables de battre n'importe quelle équipe. D'autant qu'en cas de victoire dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, ils seraient qualifiés pour la prochaine édition, après avoir raté leur qualification via le championnat (7e). Et si le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, estimait que son club avait "une chance sur un million" de gagner la compétition avant le match face à Manchester City, il a sûrement revu ses pronostics à la hausse. Surtout que, ces deux dernières saisons, les équipes qui ont éliminé City en quart de finale, Liverpool (2017/2019) et Tottenham (2018/2019), ont ensuite joué la finale. Au tour de l'Olympique lyonnais ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.