Ligue des champions : piégé par le Shakhtar Donetsk en barrage aller, Monaco voit la phase de groupes s'éloigner

Les Ukrainiens ont piégé les Monégasques pour s'imposer 1-0, mardi 17 août au Stade Louis II.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'attaquant brésilien du Shakhtar, Pedrinho (au centre), célèbre son but lors du barrage aller de la Ligue des champions, face à l'AS Monaco, au stade Louis II, le 17 août 2021. (VALERY HACHE / AFP)

C'était un match redouté, et ce que les Monégasques craignaient est bien arrivé. Le Shakhtar Donetsk a dominé ce match aller des barrages de la Ligue des champions, mardi 17 août, pour s'imposer 1-0. Avec cette défaite, le club de la principauté se complique la tâche avant le barrage retour, mercredi 25 août. 

Au stade Louis II, les Ukrainiens se sont montrés techniquement très à l'aise, menant leur partition pendant les vingt premières minutes de jeu. Il leur a fallu seulement 18 minutes pour ouvrir le score grâce au Brésilien Pedrinho, qui s'est littéralement faufilé à travers la défense monégasque.

Malgré un sursaut des joueurs de la principauté en fin de première période, mettant la pression sur leurs adversaires et multipliant les tentatives, ils n'ont pas trouvé la solution. En guise d'exemple, sur huit frappes du club princier, seules deux ont été cadrées. En face, les "Mineurs" ont tenu la cadence et prennent une sérieuse option sur la qualification. 

Des occasions, sans concrétisation

Une solidité qui n'étonne pas. Et pour cause, le Shakhtar est un habitué de la phase de groupes de la Ligue des champions. Depuis 2010, il n'a raté qu'une seule fois ce stade de la compétition, en 2016-2017. Des Ukrainiens (à forte consonnance brésilienne) habitués du rendez-vous européen qui s'étaient même qualifiés pour les quarts de finale en 2011. La saison dernière, ils avaient brillé face au Real Madrid (3-2, 2-0)  avant d'échouer à se qualifier pour les huitièmes de finale, place prise par le Borussia Mönchengladbach.

Monaco voyait pourtant une carte à jouer face aux Ukrainiens. "Ils vont chercher à construire, à attaquer, ils voudront marquer, soulignait Niko Kovac, le coach de l'AS Monaco avant la rencontre. Cela signifie aussi qu'on aura des possibilités pour développer notre jeu et se créer des occasions." S'ils se sont bien procurés des occasions, les réalisations n'ont pas suivi, tant en première qu'en seconde période. Après la mi-temps, le Shakhtar a même semblé se contenter de faire le dos rond, conscient que les risques seraient davantage pris par l'ASM pour recoller au score. Stratégie payante.  

Début de saison mitigé pour Monaco

Ce début de saison reste ainsi en demi-teinte pour le club du Rocher. Bien que les Monégasques aient éliminé le 10 août le Sparta Prague au troisième tour de qualification, leur revers face aux Shakhtar sept jours plus tard couplé à leurs mauvais débuts en Ligue 1 (match nul face à Nantes et défaite face à Lorient), ne laisse apercevoir rien de bon. S'ils veulent encore espérer rallier la phase de poules de la plus prestigieuse des compétitions européennes, ils devront encore élever leur niveau de jeu lors du match retour, mercredi 25 août.

Car au regard de ce qu'ont montré les Ukrainiens sur la pelouse du stade Louis II, il en faudra plus pour leur tenir tête lors du match retour et espérer réitérer leur beau parcours de 2017, où les joueurs du club princier avaient atteint les demi-finales.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.