Ligue des champions : en remportant sa cinquième C1, Karim Benzema est tout proche de son premier Ballon d’or

Capitaine du Real Madrid, qui a soulevé samedi la quatorzième Ligue des champions de son histoire, l’attaquant français pourrait remporter le Ballon d’or, le 17 octobre.

Article rédigé par
Au stade de France - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La joie des Madrilènes après leur sacre, le 28 mai.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Au coup de sifflet final, Karim Benzema a levé les bras au ciel. Seul, au milieu de plusieurs joueurs de Liverpool, l’attaquant du Real Madrid a savouré l’instant sobrement. Comme une bonne vieille habitude. Il n’a pas eu le temps de le faire seul bien longtemps, car très vite, c’est une marée de joueurs merengues, dont Marcelo, Rodrygo et d’autres de ses coéquipiers, qui s'est ruée sur lui. Lui, le meilleur joueur du Real, pour fêter cette nouvelle victoire en Ligue des champions, acquise samedi 28 mai face à Liverpool (1-0) au stade de France.

Comme lors de ses quatre premiers succès dans la compétition, la tâche de soulever la Coupe aux grandes oreilles ne lui est pas revenue. C’est Marcelo, capitaine mais remplaçant, qui s’en est chargé pour faire hurler de bonheur les 20 000 supporters madrilènes présents au stade de France. Mais qu’importe. Tous les yeux semblaient tournés vers lui, car Benzema le sait : prophète en son pays samedi soir, il pourrait bientôt régner seul sur le toit du football mondial.

Le 17 octobre, au Théâtre du Châtelet, il aura toute la latitude pour soulever comme il le souhaite le Ballon d'or. Car ce dernier lui semble désormais promis. Auteur d’une immense saison (46 matchs, 44 buts, 15 passes décisives), l’international français est, à 34 ans, au sommet de son art. Vainqueur de la Liga cette saison, cette Ligue des champions est aussi et surtout la sienne. Quand bien même il n'a pas réalisé la plus grande des performances au Stade de France, samedi.

Cinquième Ligue des champions, premier Ballon d'or ?

Le Français a cru un instant ouvrir le score à quelques minutes de la mi-temps, avant de voir son but être invalidé pour une position de hors-jeu. C’est son élève cette saison, Vinicius, le Brésilien impétueux et autrefois maladroit, mais qui a fait d’immenses progrès cette saison grâce aux conseils avisés de "KB9", qui a délivré le Real. Mais en repensant au parcours du club madrilène, comment ne pas souligner le rôle prépondérant de Benzema ? Sans lui, le Real n’aurait jamais atteint Paris.

Un triplé face au Paris Saint-Germain en huitièmes de finale retour, quatre buts face à Chelsea en quarts, trois face à City en demies. Benzema a régné sur la Ligue des champions cette saison - meilleur buteur avec 15 réalisations en 11 matchs - comme il règne sur le football mondial depuis de nombreux mois. En remportant sa cinquième Ligue des champions samedi soir, il se trouve à une victoire du record de Francisco Gento et rejoint des légendes du jeu telles que Paolo Maldini, Alessandro Costacurta, Alfredo Di Stefano ou Cristiano Ronaldo.

La Coupe du monde, son dernier grand objectif 

Il pourrait dorénavant rejoindre les Raymond Kopa, Michel Platini, Jean-Pierre Papin et Zinédine Zidane, autres Français vainqueur du Ballon d'or. C’est dire l’ampleur de ce qu’a accompli Benzema cette saison. Depuis son retour chez les Bleus il y a un an, afin de disputer l’Euro, l’attaquant du Real a pris une nouvelle dimension. Totalement épanoui, au top physiquement malgré un âge avancé pour un footballeur (34 ans), Benzema est intouchable.

Qui pourrait aujourd’hui le concurrencer alors qu'il était l'immense favori avant cette finale ? Sadio Mané et Mohamed Salah, ses deux principaux concurrents, ont échoué samedi soir à remporter une deuxième Ligue des champions. Salah a buté sur un immense Courtois. Et en cas de doute, n’oublions pas que les votes pourraient se disperser entre Salah et Mané, ce qui ferait le jeu de Benzema.

"Le Ballon d'or ? Forcément, c'est dans un coin de ma tête. Là, je vais aller en sélection. En club, je ne peux pas faire mieux", a déclaré l'attaquant au micro de Canal+ à l'issue de la rencontre. 

La récompense ultime pourrait donc arriver le 17 octobre. D’ici là, Benzema aura encore l’occasion de s’affirmer comme le meilleur attaquant de la planète, aux côtés de Kylian Mbappé. Avant d’aborder avec lui, non pas en club mais en sélection, le dernier grand objectif de son immense carrière : la Coupe du monde, qui débutera le 21 novembre au Qatar. La remporter ne ferait que renforcer son statut de légende du football français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.