Cet article date de plus de deux ans.

L'inefficacité, ce mal qui ronge le Real

À l’heure de recevoir l’Ajax Amsterdam, mardi, en huitième de finale retour de la Ligue des Champions, le Real Madrid vit une période difficile. Battus à deux reprises en moins d’une semaine par le Barça, les Merengue souffrent d’un manque d’efficacité criant, illustré par la maladresse de leurs attaquants. Un constat d’échec indigne d’une équipe qui vise un quatrième sacre européen d’affilée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (OSCAR DEL POZO / AFP)

Humilié par le FC Barcelone en demi-finale retour de la Copa del Rey (0-3), et de nouveau défait par les Blaugranas ce week-end en Liga (0-1), le Real Madrid s’apprête à retrouver la Ligue des Champions secoué, abasourdi par ces deux dernières défaites. Au-delà de l’aspect purement comptable – qui prive les Merengue d’une finale de Coupe et les condamne à jouer le podium en championnat – c’est l’impuissance offensive affichée lors de cette double confrontation qui inquiète en Castille. Malgré des opportunités évidentes, le Real n’est pas parvenu à inscrire le moindre but au Barça en 180 minutes de jeu. Un manque d’efficacité symptomatique, que le club madrilène ne parvient pas à pallier depuis le départ de Cristiano Ronaldo à la Juve l’été dernier.

Quelques chiffres suffisent à rendre compte du mal qui ronge la Casa Blanca depuis plusieurs mois : troisièmes de Liga, les hommes de Santiago Solari ont inscrit 43 buts en 26 journées. Un bon total, qui demeure néanmoins bien inférieur aux 66 réalisations du Barça, et qui contraste avec les 94 réalisations du club la saison dernière. Avec Ronaldo dans ses rangs, le Real Madrid s’est toujours comporté comme une véritable machine à scorer : 106 buts en Liga en 2017, 110 en 2016, 118 en 2015 … des chiffres qui gonflent largement si l’on y ajoute les buts inscrits en Coupe. Or, le Real de Solari est bien loin de ces standards. En continuant sur ce rythme, les Merengue termineraient la saison avec 63 buts inscrits en championnat. Inutile de chercher plus loin. Les quelques quarante réalisations manquantes sont celles que CR7 avait l’habitude d’inscrire en une saison à Madrid.

Entraîneur du Real Madrid entre 2010 et 2013, José Mourinho pousse l’analyse un peu plus loin, en expliquant que les joueurs n’ont pas été capables d’élever leur rendement offensif en l’absence de Cristiano Ronaldo, à une exception près. Elle se nomme Karim Benzema : « Quand vous n’avez plus un joueur comme Ronaldo, qui marque 40 ou 50 buts par saison, il faut que quelqu’un d'autre marque. Tout le monde doit faire un peu plus. Benzema le fait, lui. Il marque plus de buts qu’avant, il travaille mieux (…) En revanche, les autres joueurs, surtout ceux qui jouent sur les ailes, ne marquent pas assez », a expliqué le Portugais sur beIN Sports.

Plusieurs joueurs visés

Comme le souligne l’ancien manager des Blues de Chelsea, le départ de Ronaldo à la Juve a effectivement profité à Karim Benzema, qui a pris la pleine mesure de son numéro 9 cette saison. Avec 15 buts inscrits, dont 11 en championnat, l’attaquant français est le meilleur buteur de la maison blanche, devant Gareth Bale (10 buts) et Sergio Ramos (6 buts). Le fait qu’un défenseur soit le troisième meilleur buteur de ce classement illustre parfaitement le manque d’efficacité criant des Merengue. Alors qu’il fait ici figure d’exception, Benzema reste toutefois bien loin des standings des meilleurs attaquants de Liga. KB9 n’est que le septième meilleur buteur du championnat, largement devancé par Lionel Messi (25 buts), Luis Suarez (16 buts) ou même Christian Stuani (15 buts).

Muet face au Barça, l’ancien attaquant des Bleus ne peut être l’unique solution aux maux du Real. Ses coéquipiers en attaque doivent se mettre au niveau des ambitions du club madrilène. Fougueux mais trop imprécis - à l’image de ses ratés contre Barcelone -  le jeune Vinicius semble avoir besoin d’un peu plus de temps pour se montrer réellement efficace.  À terme, il pourrait être la solution. Mais d’autres ne peuvent pas en dire autant : Mariano Diaz, Lucas Vazquez ou encore Marco Asensio n’ont inscrit que deux buts chacun depuis le début de saison, soit 6 réalisations pour trois hommes forts de l’attaque Merengue. Ne cherchez plus le problème, il est ici. Et que dire de Gareth Bale : fantomatique face au Barça, le Gallois ferait l’objet de tensions au sein même du vestiaire. Le choix de sa titularisation aurait irrité certains joueurs, qui s’en seraient pris  directement à Santiago Solari. Il faudra un tout autre état d'esprit au Real Madrid mercredi face à l'Ajax, et jusqu'à la fin de la saison , si les champions d’Europe en titre entendent défendre leur bien. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.