Eric Roy : "Le PSG et Lyon vont avoir un gros désavantage sur le plan physique"

À l'approche du retour de la Ligue des champions vendredi, notre consultant Eric Roy est revenu sur les forces en présence de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Les favoris, le PSG et Lyon handicapés, Cristiano Ronaldo éternel, le directeur sportif de Watford fait un tour d'horizon complet des sujets autour de cette C1.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 9 min.
Eric Roy, directeur sportif du club de Watford (JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA)

Avec ce format inédit de Final 8, la Ligue des champions est-elle plus ouverte que les années précédentes ?
Eric Roy
: "C'est sûr que c'est une Ligue des champions différente des autres années. Chaque tour ne va se dérouler que sur un match, alors oui, cela va réduire les écarts de niveaux. Tout le monde peut gagner cette année. Mais il ne faut non plus penser que ça va être simple, surtout au niveau physique. Je pense que ce sera l'équipe la plus en jambes qui pourra aller au bout."

Les conditions sanitaires vont être exceptionnelles cette année avec notamment l'absence de supporters dans les tribunes. Quels impacts peut-il y avoir sur les joueurs ?
ER
: "Pour l'avoir vécu en Angleterre, il a une vraie différence. On joue à un autre sport depuis la reprise. Certains ont pu s'y habituer puisque les championnats anglais, espagnols, allemands et italiens ont repris. C'était un manque de repères pour certains joueurs, surtout l'absence de supporters. Mais c'est comme ça et il faut qu'ils s'y fassent. Les deux clubs français vont être handicapés à ce niveau puisqu'ils n'ont pas eu le temps de s'y accoutumer. Le Paris Saint Germain a joué la plupart de ses matches avec du public, là contre l'Atalanta il n'y aura personne. Il ne faut pas que cela les perturbe."

Le PSG et l'OL peuvent-ils être handicapés par la non-reprise du championnat de France ?
ER :
"Malheureusement pour eux, je pense qu'ils vont être vraiment désavantagés à ce niveau-là. Les autres formations ont repris depuis plus longtemps et sont déjà prêtes physiquement. Des équipes comme la Juventus et l'Atalanta justement semblent émoussés en cette fin de saison, mais elles ont pu se reposer et recharger les batteries depuis leurs derniers matches de championnat. Lyon et le PSG sont en train d'essayer de monter en puissance, ils sont encore loin d'être prêts physiquement. Ils n'ont joué qu'un et deux matches officiels respectivement depuis le mois de mars..."

"Le vainqueur de Manchester City - Real Madrid prendra une énorme option sur le titre"

Pour vous, qui est le favori de la compétition à l’heure actuelle ?
ER
: "Le vainqueur du duel entre Manchester City et le Real Madrid a de grandes chances d'aller au bout. Ce sont les deux équipes qui m'ont le plus impressionné durant la reprise. City a été incroyable en Premier League et a même terrassé Liverpool. Ils sont en jambes, et la C1 est leur objectif prioritaire depuis de nombreuses années. Le Real reste une équipe très dangereuse avec un coach hors du commun. Leur match retour s'annonce dantesque et le vainqueur prendrait une énorme option sur le titre à mes yeux."

Le Paris-Saint Germain a-t-il vraiment un parcours idéal pour aller décrocher la C1 ?
ER
: "Il ne pouvait pas avoir mieux. Je pense que si les dirigeants parisiens avaient pu organiser eux-mêmes le tirage au sort, c'est celui-ci qu'ils auraient choisi. Les Parisiens sont tombés dans la partie de tableau la plus simple. Ils évitent tous les gros jusqu'à la finale. Bien évidemment, un match de Ligue des champions n'est jamais simple à jouer, mais c'est sûr qu'il vaut mieux affronter l'Atalanta que le Real Madrid par exemple."

Kylian Mbappé, Mauro Icardi et Neymar (PSG)  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Kylian Mbappé semble de plus en plus incertain pour le quart de finale contre l'Atalanta. Quelles conséquences créeraient son absence, notamment pour Neymar ?
ER
: "Mbappé ou pas Mbappé, Neymar va se comporter en tant que leader technique, je n'en doute pas une seule seconde. Il n'a pas eu l'occasion de le faire depuis qu'il est arrivé en France. Il a été blessé les deux dernières saisons à chaque fois juste avant la Ligue des champions. Au tour précédent, il a montré contre Dortmund qui était le patron de cette équipe. Il doit prendre en main le PSG et prouver qu'il peut lui faire gagner cette Ligue des champions tant attendue. Mbappé aurait pu l'aider mais les Parisiens semblent être pessimistes sur sa présence. C'est vraiment un coup dur parce qu'on a vu contre Lyon (NDLR : en finale de la Coupe de la ligue) que les fulgurances de Mbappé manquaient beaucoup au jeu parisien. À Tuchel maintenant de trouver les solutions pour continuer son parcours en Coupe d'Europe."

"Qui d'autre que Cristiano Ronaldo a été aussi dominant dans le football à 35 ans ? Personne."

Quelles sont les chances de l’Olympique Lyonnais face à une Juventus qui a connu une saison en demi-teinte malgré un nouveau titre de champion d'Italie ?
ER :
"Il y a vraiment de la qualité à l'OL et il faudra que Rudi Garcia motive ses joueurs pour aller faire un gros coup. Si physiquement ils arrivent à répondre face à la Juve, je pense vraiment que Lyon peut passer. Il faudra surtout que les joueurs y croient. J'espère qu'ils ont retenu la leçon après leur finale perdue contre le PSG. Ils n'y croyaient pas et se sont comportés en "victime désignée" alors qu'ils faisaient jeu égal avec le PSG. C'est à eux de montrer à l'Europe qu'ils en sont capables."

Memphis Depay a-t-il les épaules pour emmener Lyon plus loin ?
ER
: "C'est l'une des grandes inconnues justement. Depay est un joueur de haut niveau mais ce n'est pas encore une grande star du football. Il peut passer ce cap s'il arrive à emmener Lyon plus loin en Ligue des champions. Il a déjà démontré qu'il avait l'âme d'un leader et a sorti l'OL de positions plus que délicates plus d'une fois."

Cristiano Ronaldo a-t-il les moyens d’aller chercher un 6e titre en C1 ?
ER
: "Le Portugais est capable de beaucoup de choses. C'est un joueur extraordinaire qui n'a plus rien à prouver. Il a déjà tout gagné et pourtant il se surpasse encore année après année. Qui a été aussi dominant dans le football à 35 ans ? Personne. Il faudra donc que les Lyonnais redoublent de vigilance. La Ligue des champions c'est la compétition de Cristiano Ronaldo. Il n'aura pas besoin de dix occasions pour la mettre au fond. Il est allé à la Juventus pour remporter la Coupe d'Europe avec une nouvelle équipe. Il sera surmotivé, je n'en doute pas."

Zinedine Zidane est-il déjà en train de dépasser Pep Guardiola ?
ER
: "Il l'a déjà surpassé sur plusieurs niveaux. Zidane a remporté trois Ligue des champions d'affilée au tout début de sa carrière d'entraîneur. Je ne pense qu'on ne puisse pas faire mieux. Zinedine est un homme de caractère, qui n'hésite pas à dire les choses à des joueurs comme Sergio Ramos. Il a en plus une légitimité énorme que peu de coaches ont actuellement en Europe. Etre un bon joueur ne veut pas forcément dire être un bon entraîneur mais Zinedine est en train de prouver qu'il a été l'un des meilleurs joueurs de la planète de l'ère moderne tout en étant un entraîneur déjà dans la légende. Mais je ne veux pas comparer les deux. Pep Guardiola est l'un des meilleurs techniciens que le football ait connu. Il a toujours une réflexion sur le jeu de ses équipes. Pour moi, ce sont deux entraîneurs très différents qui ont marqué le football."

Pourquoi Pep Guardiola "cale"-t-il en Ligue des champions ?
ER
: "La réponse est simple selon moi : parce que c'est bien plus dur de remporter la Ligue des champions que le championnat d'Angleterre, peu importe ce que certains disent. Combien d'équipes anglaises sont capables actuellement d'aller au bout en Europe ? À part Liverpool et Manchester City, il n'y en a aucune. Quand vous voyez les formations présentes en C1, il n'y a que du lourd : le Bayern Munich, la Juventus, le Real Madrid, le Paris Saint-Germain... Et chaque année, seule une équipe peut triompher. Ne pas gagner la Ligue des champions ne veut pas dire que Pep Guardiola est un mauvais entraîneur."

Les Blues de Chelsea ont-ils une chance de renverser la tendance face au Bayern ?
ER
: "Ça s'annonce très compliqué pour Franck Lampard et ses hommes. Le match aller s'est très mal goupillé pour eux avec une défaite 3-0 à domicile. Je pense qu'ils n'arriveront pas à renverser le match. La défaite contre Arsenal en finale de la FA Cup leur a en plus mis un gros coup au moral. Les Blues ont une équipe jeune et ils ne peuvent pas encore rivaliser avec les grosses écuries européennes. L'année prochaine par contre avec le recrutement prometteur qu'ils sont en train de réaliser, Chelsea sera une équipe très dangereuse."

Olivier Giroud est-il injustement traité ?
ER
: "Totalement oui ! C'est un débat que je n'ai jamais compris personnellement. Le vrai problème pour Olivier Giroud, c'est que tout le monde le compare sans cesse à Karim Benzema. Si on veut que Giroud soit Benzema, on se trompe. Depuis de nombreuses années, Giroud a prouvé qu'il était un joueur très fort. Dans son rôle et dans sa caractéristique d'attaquant, c'est souvent lui - quand on lui fait confiance - qui débloque les situations. Giroud est en plus un joueur qui est très complémentaire en Equipe de France avec Mbappé et Griezmann. Et c'est aussi un garçon qui a un mental extraordinaire."

"Il serait temps que Setién trouve la solution au Barça"

Qu’avez-vous pensé de la saison de Robert Lewandowski ? Est-il au sommet de son art ?
ER :
"Il est exceptionnel, mais je trouve qu’il est plutôt dans des standards habituels. C’est un joueur de haut niveau, et il continue de le prouver chaque année. C’est un garçon qui a toujours marqué beaucoup de buts, c’est un véritable chasseur. Même si c’est plus facile de marquer quand tu joues au Bayern Munich, il faut garder cette capacité d’empiler les buts. Ce qui est impressionnant avec Lewandowski, c’est la longévité et la régularité. Il atteint la plénitude. Souvent les grands attaquants l’atteignent à la trentaine. On peut le voir aussi chez Karim Benzema."

Lionel Messi est-il trop esseulé pour permettre au Barca de renouer avec la Ligue des champions ?
ER
: "On ne peut pas dire qu'il est esseulé quand on sait qu'il a Antoine Griezmann et Luis Suarez autour de lui. Le Barça a vécu une saison compliquée mais leur effectif est pétri de talent. Je pense que c'est à l'entraîneur de trouver la solution, surtout au niveau du positionnement et du placement de ses joueurs. J'ai l'impression que Quique Setién n'a toujours pas trouvé la bonne formule. J'aimerais être dans son cas et avoir un casse-tête avec de tels joueurs. Je pense que tous les grands joueurs de football sont faits pour jouer ensemble. Maintenant, il serait temps de trouver la solution."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.