Cet article date de plus de huit ans.

Ligue des champions : ça sera avec Paris, mais sans Montpellier

Les Parisiens l'ont facilement emporté (4-0), quand Montpellier a fait une croix sur la qualification en perdant en Grèce (1-3).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Blaise Matuidi remercie Zlatan Ibrahimovic, auteur d'une passe décisive sur son but, lors du match PSG-Zagreb, le 7 novembre 2012. (PATRICK KOVARIK / AFP)

FOOT - Montpellier ne se fait plus d'illusions. Battu par l'Olympiakos du Pirée, les Héraultais sont éliminés de la course aux huitièmes de finale et auront du mal à décrocher la 3e place de leur poule. En revanche, pour Paris, c'est la 1ere place qui se jouera avec le FC Porto après sa facile victoire sur le Dinamo Zagreb (4-0). Que retenir des deux rencontres de la soirée du 6 novembre ?

Montpellier touché, coulé


- le champion de France a changé sa façon d'aborder les matchs. Auparavant, en Coupe d'Europe, il ouvrait rapidement la marque avant de se faire rejoindre. Cette fois-ci, il a concédé un but d'entrée de jeu contre une équipe qui n'a rien d'un foudre de guerre. Et a mis plus d'une mi-temps à vraiment entrer dans la rencontre.

- plusieurs piliers de la défense héraultaise ont failli en Grèce, notamment les défenseurs centraux. Mapou Yanga Mbiwa a manqué plusieurs interventions cruciales (le troisième but est pour lui), Vitorino Hilton a rendu trop de ballons à l'adversaire. Les Montpelliérains ont pêché par naïveté, par inexpérience, car les Grecs ont un jeu assez classique.

- avec un nul et trois défaites, Montpellier est mathémathiquement éliminé de la course aux huitièmes de finale. La Ligue des champions, c'est trop fort pour Montpellier ? "Non", se défend le milieu Younès Belhanda à la fin du match sur beIN Sport.

Le joueur de l'Olympiakos Vassilis Torossidis (G) à la lutte avec le joueur de Montpellier Anthony Mounier (D) lors du match Olympiakos-Montpellier, à Athènes, le 6 novembre 2012. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

Le PSG sans forcer, c'est 4-0 quand même


- Zlatan Ibrahimovic au ralenti, le PSG qui ne force pas, mais un score de 4-0 contre Zagreb, clairement l'adversaire le plus faible de la compétition. Avec 11 défaites de suite, le Dinamo n'est plus très loin de la pire série de l'histoire en Ligue des champions, propriété du club belge d'Anderlecht avec 12 revers de suite.

- bonne rentrée de l'Argentin Ezequiel Lavezzi, qu'on avait peu vu à son avantage en ce début de saison sous ses nouvelles couleurs.

- en revanche, Christophe Jallet est complètement passé à travers de son match. Vu que son concurrent direct, le Néerlandais Grégory Van der Wiel s'est manqué dans les grandes largeurs face à Saint-Etienne dimanche 4 novembre, le côté droit de la défense est peut-être le talon d'Achille du PSG.

Retrouvez le compte-rendu de la soirée de Ligue des champions sur francetv sport

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.