:l'éco, France info

VIDÉO. Luc Arrondel, économiste du sport : « Le football n’est pas un si gros business »

Invité de Jean-Paul Chapel dans :l’éco, l’auteur de L’argent du football est venu désamorcer les fantasmes qui circulent sur l’économie de ce sport.

Voir la vidéo

Le foot, un super business ? Pas tellement pour Luc Arrondel, économiste spécialiste du football. « Ce n’est qu’une petite affaire. Quand on voit le budget de la Ligue 1, il est deux fois inférieur à son sponsor Conforama. C’est un business qui génère beaucoup de revenus, mais peu de marge. »

Pourtant les transferts sont de plus en plus chers. Alors cette marchandisation des corps n’est-elle pas un problème pour Luc Arrondel, c’est l’objet de la question qui fâche. « Ça ne me choque pas. Je ne crois pas non plus à la bulle financière. Il faut mettre ces sommes en parallèle des droits TV par exemple. Ce n’est pas disproportionné. C’est ce que j’appelle l’effet Pavarotti, l’effet superstar. On préfère avoir le meilleur, donc on est prêt à y mettre le prix. Le meilleur rafle tout, il laisse les miettes aux autres. 10 % des joueurs gagnent 50% du total en France par exemple.»

L’AFP s’est demandé si le mondial aura un impact économique. « Pas vraiment, à part sur certains secteurs très particuliers comme la vente de téléviseurs par exemple. »

Comme à son habitude, Jean-Paul Chapel termine l’interview avec la chanson préférée de son invité, You’ll never walk alone de Gerry and the Pacemakers, l’hymne du Liverpool FC :

Luc Arrondel, économiste du sport : « Le football n’est pas un si gros business »
Luc Arrondel, économiste du sport : « Le football n’est pas un si gros business » (FRANCEINFO)