VIDEO. Foot : "Les vieux lions ont parfois du mal à accepter l'arrivée de plus jeunes", répond Labrune à Aulas

Après les incidents du match OM-OL (1-1), interrompu vingt minutes après des lancers de bouteilles sur la pelouse, dimanche 20 septembre, le président de l'OL avait qualifié son homologue de l'OM de "guignol" et de "pitre".

EUROPE 1

Le président de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, a évoqué le "choc de générations" qui l'oppose à son homologue de Lyon, Jean-Michel Aulas, "vieux lion" à "la vision conservatrice". Il s'est exprimé lundi 21 septembre sur Europe 1, au lendemain de la rencontre tendue entre les deux clubs de Ligue 1. L'interview a été diffusée en intégralité mardi matin.

"Jean-Michel a pris l'habitude de perdre son sang-froid"

"Il y a un choc de générations entre nous, entre une vision d'un football moderne, international et économiquement sain que j'essaie d'incarner, et une vision plus conservatrice, la sienne, au sein d'un système très bien rodé qu'il contrôle parfaitement depuis longtemps, estime Vincent Labrune. C'est comme en politique, les vieux lions ont parfois du mal à accepter l'arrivée de plus jeunes."

Dimanche soir, après les incidents du match OM-OL (1-1), interrompu vingt minutes après des lancers de bouteilles sur la pelouse, Jean-Michel Aulas avait qualifié Vincent Labrune de "guignol" et de "pitre". "Jean-Michel a pris pour habitude de perdre son sang-froid quand on le contredit et qu'on contrecarre ses plans", rétorque Vincent Labrune. S'écharper par médias interposés est une vieille habitude pour les présidents des deux clubs.

Le président de l\'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, le 28 août 2015 à Monaco.
Le président de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, le 28 août 2015 à Monaco. (VALERY HACHE / AFP)