Football : Saint-Etienne relégué en Ligue 2 après sa défaite aux tirs au but en barrage, Auxerre promu en Ligue 1

Les Stéphanois ont été battus par les Bourguignons, dimanche (1-1, 5 tab à 4), à Geoffroy-Guichard. Ils rejoignent l'étage inférieur.

Article rédigé par
envoyé spécial à Saint-Etienne - Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les joueurs de Saint-Etienne déboussolés devant leurs supporters à Geoffroy-Guichard, lors du barrage retour contre Auxerre, le 29 mai 2022. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Il pouvait difficilement en être autrement. Trop peu dangereux, Saint-Etienne a concédé la défaite de trop contre Auxerre (1-1, 5-4 aux tab), en barrage retour, dimanche 29 mai. Ce revers, combiné au nul (1-1) du match aller jeudi, propulse les Verts à l'échelon inférieur sans qu'il n'y ait grand chose à redire.

Dans la lignée d'une saison achevée à la 18e place de Ligue 1, les Stéphanois ont affiché trop de lacunes défensives. Leur égalisation par Camara dans le dernier quart d'heure n'y a rien changé, ils quittent la Ligue 1 par la toute petite porte, malgré une ambiance des grands soirs. Solidaire en défense, l'AJA retrouve le plus haut niveau dix ans après sa relégation.

Il est des moments structurants dans l'histoire d'un club, des dates-clés dont la simple évocation rappelle des souvenirs à tous ses supporters. Ce 29 mai 2022 sonnera à jamais comme la soirée du chaos pour l'ASSE, dix fois sacré champion de France. Sportivement d'abord, pour des Verts incapables de maîtriser leur destin. En tribunes, ensuite, après un envahissement de terrain par une partie du public sitôt le destin stéphanois scellé.

Auxerre a su résister pour mieux contrer

Ce match, tendu à défaut d'offrir de grosses envolées, les joueurs de Pascal Dupraz n'ont jamais su l'emballer. Tout au plus, sur les dix premières minutes, poncutées par deux occasions nettes. Mais vite rattrapés par l'enjeu et par leurs défaillances individuelles et collectives, ils ont peu à peu plongé. Quand Bouanga ne manquait pas des duels face au gardien, Moukoudi laissait des espaces dans son dos et Youssouf manquait des transitions simples.

Il n'en fallait pas plus pour revigorer des Auxerrois volontaires mais parfois maladroits. Soutenus par plus d'un millier de supporters, les Icaunais ont trouvé la faille par Hamza Sakhi (51e). Ils auraient dû doubler la mise sans un immense raté de Gauthier Hein (66e). Emoussés par 120 minutes de playoffs (vendredi dernier contre Sochaux), ils ont su faire bloc pour contrer les timides poussées stéphanoises. Et lorsque l'édifice vacillait, le portier Donovan Léon, auteur de plusieurs parades et décisif pour repousser le tir au but de Boudebouz, tenait la baraque. A l'arrivée, leur montée, même acquise au prix d'un penalty victorieux de Birama Touré, ne souffre d'aucune contestation.

A l'instant même où l'ex-Nantais pavoisait, la soirée, déjà irrespirable, basculait dans l'irrationnel. Des centaines de spectateurs ont envahi la pelouse, lançant des fumigènes sur les CRS et dans la tribune présidentielle. Ces derniers, tentant tant bien que mal de protéger les joueurs stéphanois, ont répliqué par des jets de gaz lacrymogènes. Cette invasion s'est effectuée à la faveur d'une passivité manifeste des forces de sécurité, qui ont laissé une partie du public regarder la séance de tirs au but... du bord du terrain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.