Cet article date de plus de cinq ans.

Rolland Courbis se confie à propos de Yoann Gourcuff

Le choix de Yoann Gourcuff, libre après son départ de Lyon, de venir ou non à Montpellier lui appartient, a estimé l'entraîneur héraultais Rolland Courbis, lâchant "la balle est dans son camp", mercredi sur RMC.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Rolland Courbis (DENIS CHARLET / AFP)

Yoann Gourcuff sera-t-il montpelliérain la saison prochaine ? La réponse lui appartient si l'on se fie aux propos tenus par Rolland Courbis aujourd'hui sur RMC. "On a répondu à toutes les questions que Yoann nous a posées ou se posait, a-t-il dit. Maintenant, pour nous, c'est terminé. La balle est dans son camp". Une rencontre entre le joueur, le coach Héraultais et le président Louis Nicollin doit avoir lieu prochainement à propos d'un éventuel transfert de l'ancien Lyonnais, une étape importante pour Courbis. "Quel que soit son choix, il va y avoir une étape importante, celle de la rencontre avec Loulou (Nicollin, le président), et ensuite une discussion sur le plan financier, donc on en est très loin, a-t-il relativisé. Si entre-temps, il décide de signer à Guingamp ou à Rennes, on lui souhaitera amicalement et sportivement bonne chance, en espérant qu'il ne se soit pas trompé d'endroit".

"Celui qui réfléchit trop est un idiot"

Si l'intérêt de Montpellier pour l'international français est donc bien réel, Rolland Courbis a précisé à sa manière qu'il n'attendrait pas éternellement une réponse de la part de Yoann Gourcuff. "Aujourd'hui, le problème de Yoann Gourcuff, c'est avec Yoann Gourcuff, a  ajouté Rolland Courbis. S'il n'a pas réglé son problème avec lui-même, en ayant les réponses aux questions qu'il se pose, et bien il va continuer à réfléchir. Celui qui ne réfléchit pas est un idiot, mais celui qui réfléchit trop est un idiot aussi pour moi. A partir d'un certain temps, tout a une limite dans la réflexion".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.