Reprise de la Ligue 1 : l’OL prêt pour réduire l’écart avec le PSG et "faire carrière en Champions League", estime Jean-Michel Aulas

L'OM rencontre Toulouse vendredi soir pour la réouverture de la Ligue 1. 

Jean-Michel Aulas, président de l\'OL.
Jean-Michel Aulas, président de l'OL. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

L’OL va tenter de "retrouver un écart plus décent avec le PSG et faire carrière en Champions League", a déclaré sur franceinfo le président lyonnais, Jean-Michel Aulas, alors que la Ligue 1 reprend ses droits vendredi 10 août avec en match d’ouverture OM-Toulouse à 20h45.

franceinfo : Êtes-vous armés pour aller loin en Coupe d’Europe, sans perdre trop de plumes pour le championnat ?

Jean-Michel Aulas : C’est ce qu’on essaye de faire, donc ça crée des contraintes. Quand vous avez plusieurs joueurs titulaires au même poste, dans une compétition ça pose problème, mais si vous avez plusieurs compétitions, si l’entraîneur sait utiliser cette force collective, ça peut donner la possibilité de courir plusieurs lièvres à la fois. C’est ce qu’on va essayer de faire pour retrouver un écart plus décent avec le PSG et faire carrière en Champions League.

Pensez-vous que l'OL peut inquiéter le PSG ?

On l’espère, parce que c’est bien d’avoir une compétition qui soit équilibrée. Ceci étant, le PSG a fait beaucoup d’investissements par le passé, avec une équipe de supers stars. On voit bien que les joueurs qui ont brillé en Coupe du monde sont, pour beaucoup, au Paris-Saint-Germain. Maintenant, sur une longue période, un certain nombre de clubs en France ont essayé d’investir. L’Olympique Lyonnais fait partie de ses équipes qui, sur le moyen terme, veulent tenter de rattraper l’avance du PSG. Ce serait pour avoir, un peu comme en première ligue, une compétition de haut niveau, avec plusieurs équipes, parce que c’est le spectacle et la compétition qui créent la dynamique. Mais la stabilité est aussi essentielle. Cette année, on a imaginé le faire avec sept ou huit départs et autant d’arrivées. On a imaginé garder cette ossature et demander à Bruno Génésio, l’entraîneur, de faire le pari d’essayer de conserver une équipe et de la renforcer.

Monaco, Marseille et le PSG sont-ils vos principaux concurrents ?

Oui, il y a maintenant quatre équipes françaises qui sont au-dessus du lot en principe et trois ou quatre équipes derrières qui vont jouer. C'est le cas de Rennes qui va jouer la Coupe d’Europe, Saint-Etienne qui mise sur la continuité et Bordeaux qui va jouer la Coupe d’Europe, donc il y a un deuxième groupe qui peut venir créer des soucis aux quatre premiers.