PSG-OM : Paris remporte un Classique décevant et se rapproche du titre

Le PSG s'est imposé sans briller contre l'OM (2-1) dimanche, avec des buts de Neymar et Mbappé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Pape Gueye (OM) face à Lionel Messi (PSG), dimanche soir au Parc des Princes. (FRANCK FIFE / AFP)

Le choc était très attendu et il a accouché d'une souris. Dans un match ennuyeux, le PSG a fait l'essentiel pour battre l'OM, dimanche 17 avril (2-1), grâce à des buts de Neymar (12e) et Kylian Mbappé (45e) en première période. De quoi accroître son avance sur son dauphin et rival marseillais, trop frileux pour saisir l'occasion de consolider sa deuxième place.

Avec désormais quinze points d'avance sur l'OM à six journées de la fin de cette saison de Ligue 1, le Paris Saint-Germain n'a jamais été aussi proche d'un dixième titre. Il pourrait même devenir officiellement champion de France à Angers mercredi s'il fait mieux que Marseille, qui va recevoir Nantes.

On attendait de ce PSG-OM qu'il sonne comme le dernier bal des artistes pour l'ultime choc de la saison parisienne au Parc. Au lieu de la fanfare attendue, les supporters ont eu droit, au mieux, à un décrassage d'intermittents du spectacle. Inégale en première période, la production des deux équipes a viré au soporifique dans un deuxième acte dénué d'occasions. Les statistiques traduisent le ressenti : Paris a tiré sept fois, quand Marseille a déclenché trois petites frappes. Un total de dix tirs, le plus faible enregistré lors d'un match de L1 cette saison. A leur décharge, deux buts ont été refusés aux Parisiens pour des hors-jeux minimes.

Le tempo - lorsqu'il y en avait - a été dicté par le trident offensif parisien. Capables de fulgurances et de combinaisons léchées, Neymar, Messi et Mbappé ont offert les seules folies de la rencontre. Sur une ouverture géniale de Verratti, le Brésilien a tendu son pied gauche pour tromper Pau Lopez - pas exempt de tout reproche - d’un geste acrobatique (12e). Auteur d’un sixième but en trois matchs, Neymar a obtenu un penalty sur une main de Valentin Rongier (45e+2). La sentence a été exécutée par un Mbappé désormais impliqué sur 50 des 94 buts parisiens cette année.

Marseille a manqué d'ambition

Inspiré dans ses dribbles et ses passes, le Brésilien a fait preuve de nervosité dans le second acte. Son carton jaune obtenu - après une simulation de Guendouzi - a été symptomatique d’un match devenu tendu et haché. En tout, six Parisiens ont été avertis. Mais l’OM n’a pu profiter de cet agacement. Bien en place dans leur 5-3-2, les Marseillais n’ont pas pris assez de risques, même avec 58% de possession. Incapables de se procurer la moindre occasion dans le jeu, les Olympiens ont frôlé le coup parfait sur coup-franc. Mais William Saliba, pour une épaule, a été signalé hors-jeu (87e). 

Le fait que le but marseillais soit dû à une - nouvelle - bourde de "Gigio" Donnarumma et à un cafouillage sur corner n’est, en ce sens, pas un hasard. Duje Caleta-Car a poussé le cuir au fond (31e), mais ce but alors égalisateur n’a guère fait illusion. Les leaders offensifs Payet et Ünder ont été invisibles, et Jorge Sampaoli n’a pas fait entrer d’avant-centre pour régler le problème.

Ce résultat marque un coup d'arrêt pour l'OM, dont le compteur de victoires d'affilée reste bloqué à huit. Marseille manque l'occasion de creuser l'écart sur Rennes, troisième avec trois longueurs de retard. La qualification directe en C1 est loin d'être acquise pour les partenaires de Dimitri Payet, qui doivent encore affronter Lyon, Rennes et Strasbourg.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.