Incidents Nice-Marseille : "Une ligne rouge a été franchie", estime Roxana Maracineanu

La ministre déléguée aux Sports soupçonne un problème de sécurité alors que des supporters niçois ont envahi le terrain dimanche, entraînant la suspension du match entre l'OGC Nice et l'OM.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, le 7 juillet 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Une ligne rouge a été franchie en matière de violences à l'encontre des acteurs de jeu", estime lundi 23 août sur franceinfo la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, au lendemain des incidents du match de football Nice-Marseille. L'OGC Nice menait 1-0 au score quand Dimitri Payet a renvoyé en tribune un projectile qui lui était destiné, provoquant l'envahissement du terrain par les supporters niçois, puis l'interruption définitive de la rencontre à la suite du refus des Marseillais de revenir sur la pelouse.

>> La revue de presse au lendemain des violences de Nice-Marseille

franceinfo : Que pensez-vous de ce qu'il s'est passé ?

Roxana Maracineanu : Une ligne rouge a été franchie en matière de violences à l'encontre des acteurs de jeu. Je me bats contre toute haine, incivilité dans les stades. Il faut aujourd'hui que la Ligue [de football professionnel], les responsables de clubs soient responsables et prennent les sanctions qui sont celles du bon sens, celles en accord avec ce qui se passe, ce qu'ils voient sur les terrains. C'est inacceptable que nos supporters balancent des objets, soient violents, pénètrent dans les stades. Les clubs qui reçoivent des matchs sont responsables de la sécurité des joueurs, des entraîneurs et des arbitres qui sont sur le terrain avant tout et de ce qui se passe dans les tribunes dans les paroles et dans les actes.

franceinfo : Est-ce qu'il y avait un problème de sécurité lors de ce match ?

Oui probablement si on est en mesure de voir de tels actes sur le terrain, des bouteilles voler dans tous les sens et atteindre des joueurs. Les bouteilles en verre sont interdites, il y a une question de contrôle.

"Que quand quelque chose déplaise aux supporters, ils soient autorisés à pénétrer sur le terrain, ce n'est pas entendable."

Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports

à franceinfo

Savez-vous ce que prévoit de faire la Ligue de football professionnel ?

Contre cette agression caractérisée je me réserve le droit de porter plainte. J'ai vu néanmoins que le parquet avait déjà été saisi aujourd'hui. J'espère que la justice va pouvoir poursuivre sereinement son travail et qu'il y aura des sanctions pénales à l'encontre de ceux qui seront désignés comme coupables et derrière j'attends des instances sportives qu'elles prennent les sanctions disciplinaires nécessaires pour que cela devienne exemplaire. On s'est battus pour que le public revienne dans les stades, que les matchs ne se fassent plus à huis clos.

Il y a deux semaines à Montpellier le match contre l'OM avait dû être interrompu, il y avait eu des jets de projectiles. Pourquoi est-ce qu'on s'en prend aux joueurs de Marseille ?

On est là pour voir du sport, du football, le football ce n'est pas ça. Il faut respecter ces joueurs qui viennent signer dans n'importe quel club en France. Ce n'est pas à la hauteur de notre public, du football et de l'image que le football prétend et veut avoir dans notre société et dans le sport particulièrement. Je soutiens la sécurité des joueurs sur un terrain qu'ils soient de n'importe quel club, c'est du sport on n'est pas dans une arène. On est là pour avoir un spectacle sportif, si des gens ne sont pas capables de le suivre ils peuvent le faire devant leur télé et balancer des bouteilles devant leur télé mais pas dans un stade.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.