Cet article date de plus de sept ans.

Makelele refuse de nouveau Brandao à l'entraînement

L'attaquant brésilien de Bastia, Brandao était de nouveau absent à l'entraînement ce mardi matin, comme la veille où il avait écarté par son entraîneur Claude Makelele suite à son coup de tête sur Thiago Motta, a-t-on constaté sur place. Claude Makelele a indiqué qu'il déciderait au jour le jour de la réintégration ou non du Brésilien dans le groupe corse.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Claude Makelele (THOMAS SAMSON / AFP)

Le club de Bastia, par un communiqué lundi, a condamné "sans aucune  ambiguïté" le coup de tête de Brandao envers Thiago Motta, samedi à l'issue de  Paris-SG/Bastia, parlant d'un "dérapage inacceptable". Mais le club corse a laissé le soin à l'instance disciplinaire de la Ligue  de football professionnel (LFP) de sanctionner sportivement le joueur. 

Jeudi, la commission de discipline de la LFP va selon toute logique se  saisir du dossier, le mettre en instruction, et peut prononcer une suspension  du joueur à titre conservatoire en attendant le verdict dans les prochaines  semaines. Les textes prévoient entre un et deux ans de suspension pour un tel acte de  brutalité -- Thiago Motta a eu le nez fracturé -- en dehors d'une rencontre. 

Un tweet qui disparaît

Brandao a demandé pardon lundi sur ses comptes twitter et facebook au  milieu de terrain italien Thiago Motta, mais ce message a ensuite disparu. "Je tiens à demander pardon à mon collègue Thiago Motta et à mes équipiers  pour ce faux pas, je regrette mon attitude et je compte sur la compréhension de  tous mes amis et fans", était apparu en portugais sur les réseaux officiels du  Brésilien. 

"Et que Dieu vous bénisse tous", concluait l'ancien joueur de Marseille et  de Saint-Etienne, sans en dire plus. Mais près d'une heure plus tard, le  message avait disparu sur les comptes twitter et facebook du joueur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.