Ligue 1 : Monaco parmi les Européens, Clermont prend de l'air, les regrets de Bordeaux… Ce qu'il faut retenir du multiplex de 19h

En bas de tableau Metz, Bordeaux et Troyes font la mauvaise opération, mercredi, en bas de classement. Reims fait un grand pas vers le maintien.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La joie des joueurs de l'AS Monaco après le but d'Aleksandr Golovin contre l'OGC Nice, le 20 avril 2022 en Ligue 1 au Stade Louis-II (VALERY HACHE / AFP)

Ce début de 33e journée de Ligue 1 a des airs de multiplex des regrets, mercredi 20 avril. Ceux de Bordeaux, qui a mené 2-0 contre Saint-Etienne dans le match de la peur, avant de se déliter et de concéder un match nul (2-2) qui n'arrange aucun des deux clubs. D'autant plus que Clermont, en s'imposant (1-0) à Troyes, a renvoyé les Verts dans la zone de relégation.

Il y a aussi ceux de l'OGC Nice, fringuant prétendant à la Ligue des champions il y a quelques semaines, mais qui a buté une fois de plus contre un concurrent direct, Monaco, vainqueur (1-0) qui revient provisoirement à hauteur du podium. Lille ne sera pas plus heureux de sa défaite à Reims (2-1), qui plombe un peu plus les espoirs de place européenne.

La course aux places européennes

Le gros coup pour Monaco, Nice se manque encore contre un cador

Défaite à Marseille et à Lens, matches nuls à Montpellier et face à Rennes : Nice est en train de se saborder pour viser plus haut avec une seule victoire lors de ses six derniers matchs. Le Gym a cette fois cédé sur la pelouse de son voisin, Monaco (1-0), grâce au but d'Aleksandr Golovin, très opportuniste juste avant la mi-temps pour profiter d'une rare faute de main de Walter Benitez. Les joueurs de Christophe Galtier ont globalement dominé, notamment au retour des vestiaires. Mais ils n'ont pas su faire la différence et voient leurs rêves de C1 se compliquer. Nice est dépassé par son bourreau du soir au classement, vainqueur de son cinquième match consécutif, et glisse au 6e rang après la victoire de Strasbourg face à Rennes. Deux clubs avec lesquels Monaco est désormais à égalité dans le wagon de la Ligue des champions (56 points).

Lille s'éloigne de l'Europe, Reims assure son maintien

On connaissait Yunus Abdelhamid roc défensif. On le découvre désormais buteur providentiel. Le capitaine de Reims a forcé la décision dans le temps additionnel d'une superbe frappe enroulée de l'entrée de la surface (91e) pour dominer Lille (2-1). Les Dogues poursuivent leur printemps décidément bien compliqué. Ils avaient pourtant été remis sur de bons rails par un autre coup de canon lointain de toute beauté, signé Renato Sanches (56e) après l'ouverture du score chanceuse de Marshall Munetsi (32e). Ils ont été plus offensifs que lors de bien des rencontres dernièrement (20 tirs). Mais trop peu efficaces, ils voient leurs derniers espoirs d'Europe s'envoler. Les locaux peuvent désormais voir leur fin de saison avec sérénité, le maintien quasi assuré (13e, avec 40 points).

La lutte pour le maintien

Bordeaux y a cru, Saint-Etienne a tenu

Si Bordeaux venait à être relégué en Ligue 2, les supporters du FCGB pourront repenser à tous ces points perdus en route après avoir mené ou accroché le nul. Les Girondins menaient 2-0 après deux buts sur corner signés Sekou Mara (15e) et Jean Onana (23e). Mais les joueurs de David Guion souffrent décidément toujours de ce mal incurable. Et Saint-Etienne a profité de la passivité des locaux, qui n'ont eu de cesse de reculer. Denis Bouanga (33e) puis Arnaud Nordin (64e) ont remis Saint-Etienne dans le coup. Le but de Jimmy Briand, en fin de match, a embrasé le stade mais le hors-jeu sifflé grâce à l'appui de la VAR l'a climatisé quelques secondes après. Les Verts évitent une grosse déconvenue mais sont désormais barragistes (18e, un point derrière Clermont). Bordeaux reste à quatre longueurs et n'auront plus le droit à l'erreur pour espérer enore sauver sa tête.

Danylo Ihnatenko s'interpose devant Ryad Boudebouz lors de Bordeaux - Saint-Etienne en Ligue 1, le 20 avril au Matmut Atlantique Stadium (ROMAIN PERROCHEAU / AFP)

Le VAR plombe Metz, Clermont lui dit merci

Metz pensait pouvoir profiter de ce match nul bordelais pour rester à distance. Mais les Grenats auront sans doute des choses à dire sur l'arbitrage vidéo ce mercredi. La VAR leur a tout d'abord refusé un but de Nicolas De Préville en début de match, après une intervention très tardive. A 0-0, les hommes de Frédéric Antonetti ont finalement cédé dans le temps additionnel (Ouattara, 94e) sur un but accordé par la vidéo après de longues minutes de discussions. Et une décision qui ressemble à un couperet pour les Messins, toujours lanterne rouge avec 24 points. D'autant plus frustrant que dans le même temps, Clermont, nouveau 17e, s'en sortait in extremis (1-0) à Troyes, qui recule au 16e rang. Le duel des promus a été riches en tension avec un carton rouge de part et d'autre, une ouverture du score dans les dernières minutes de Mohamed Bayo (87e) et un penalty finalement non accordé aux Troyens sur la dernière action du match, pourtant bien litigieuse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.