Ligue 1 : Marseille freiné à Troyes, Monaco se saborde, Angers plombé par le soleil... Ce qu'il faut retenir des matchs de l'après-midi

L'OM a lâché deux points en fin de match à Troyes, dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
L'OM a perdu deux points précieux sur la pelouse de Troyes, dimanche. (MATTHIEU MIRVILLE / MATTHIEU MIRVILLE)

La 26e journée de Ligue 1 s'est poursuivie, dimanche 27 février. Monaco a chuté contre Reims (1-2), comme Angers face à Lens (1-2). Clermont a été accroché par Bordeaux (1-1), et Nantes n'a pas percé le verrou messin (0-0). La bonne opération du jour est pour Lorient, vainqueur à Brest (0-1). Plus tard, Marseille a été tenu en échec à Troyes (1-1). Retour sur les temps forts de l'après-midi.

Marseille trop gestionnaire finit puni

Interro surprise : après une ouverture du score, vaut-il mieux chercher le break ou tenir le résultat ? A Troyes, Jorge Sampaoli a choisi l'approche restrictive après un penalty transformé par Dimitri Payet (28e). Après coup, on ne prend pas beaucoup de risques en l'admettant : le technicien argentin s'est trompé. A force de gérer et temporiser, l'OM a été puni par Yoann Touzghar (90e).  

L'occasion était, en plus, parfaite pour l'OM de distancer Nice et Rennes. Mais même face à la pire attaque de Ligue 1, Marseille a ronronné. Sans réel avant-centre de métier, Marseille a éprouvé toutes les peines du monde à inquiéter l'Estac, pourtant en petite forme. Au courage, les joueurs de Bruno Irles arrachent un point et sortent de la zone rouge.

Monaco, cinq minutes fatales

On imagine un supporter monégasque quitter Louis-II l'esprit tranquille, à la 85e minute. L'ASM menait 1-0 face à des Rémois maladroits. Mais l'avance de Monaco a fondu comme neige sur le Rocher. Le malheureux Kevin Volland a catapulté le cuir... dans sa propre lucarne sur un coup franc champenois (85e). Pis, Jean Lucas a disjoncté et écopé d'un rouge pour une vilaine semelle sur Ilan Kebbal (88e).

Mais à l'heure du digestif, les Monégasques ont bu le calice jusqu'à la lie. En contre, Nathanaël Mbuku a enfilé la cape du bourreau pour crucifier l'ASM (90e+3). Après Lorient (0-0) et Bordeaux (1-1), Monaco piétine encore contre un mal classé et s'éloigne de l'Europe.

Angers plombé par le soleil

Ne parlez pas de douceur angevine à Danijel Petkovic. Gêné par le soleil, le portier du SCO a concédé deux buts casquette contre Lens. A la 74e, il a mal jugé la trajectoire d'un centre de Jonathan Clauss et relâché le cuir. Dans la foulée, Ismaël Traoré a ricoché sur son coéquipier Batista Mendy en voulant dégager... expédiant le ballon dans ses propres filets.

Trois minutes plus tard, Petkovic a de nouveau hésité sur un centre de Clauss. Un balbutiement fatal, le ballon pourtant dévissé par le latéral droit lensois terminant dans la lucarne (77e). Cruel pour un SCO en infériorité numérique mais devant au score avant ces deux bévues. Encore plus fâcheux, Angers concède une cinquième défaite d'affilée et glisse à la quatorzième place.

Lorient, à l'aise Breizh

Lorient a enfin décroché son premier succès en déplacement. Pour des Merlus à l'aise au Moustoir, il fallait forcément que cette victoire soit glanée chez un adversaire breton. A Brest, les joueurs de Christophe Pélissier ont longtemps peiné dans le dernier geste malgré des occasions à foison. A l'usure, les Morbihanais ont trouvé la faille par Koné (73e), lancé par Abergel d'un extérieur subtil.

Suffisant pour prendre la mesure d'un adversaire miné par, une fois n'est pas coutume, un rouge de Chardonnet. Capital pour Lorient, désormais seizième de Ligue 1 avec 24 points, dont 19 glanés en Bretagne. Rennes, hôte des Merlus fin avril, est prévenu.

Les Girondins solidaires de leur coéquipier ukrainien

Que faisiez-vous le 27 janvier 2013 ? Josuha Guilavogui, lui, plantait avec Saint-Etienne son dernier but en Ligue 1. Neuf ans d'exil en Espagne et en Allemagne plus tard, le milieu international a scoré dans l'élite, cette fois avec Bordeaux. Mais son propre sort est passé au second plan. Le néo-capitaine a couru vers le banc et sauté dans les bras de son coéquipier ukrainien Danylo Ignatenko.

Arrivé cet hiver du Dnipro, le milieu dont la compagne reste bloquée en Ukraine est "arrivé en pleurs" à l'entraînement cette semaine. Entré en fin de match, Ignatenko  n'a pas permis aux siens, vêtus d'un brassard bleu et jaune, de l'emporter. Tenu en échec à Clermont (1-1), Bordeaux reste lanterne rouge. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.