Ligue 1 : Les résultats marquants d'André Villas-Boas à la tête de l'Olympique de Marseille

Après avoir présenté sa démission à la direction de l’OM ce mardi, André Villas-Boas a été mis à pied à titre conservatoire par le club phocéen. Le Portugais pourrait donc quitter le club après 18 mois à la tête de Marseille sur une défaite concédée face à Monaco le 23 janvier dernier. Malgré cette triste fin, Villas-Boas est parvenu à ramener l’OM sur le podium de la Ligue 1 et en Ligue des champions. Retour sur son parcours à la tête du club olympien.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
André Villas-Boas en conférence de presse le 15 janvier dernier (NICOLAS TUCAT / AFP)

• 10 août 2019 : une grande première gâchée

Le 10 août 2019, à l’occasion du début de la saison de Ligue 1, tous les regards se tournent vers le Stade Vélodrome, où André Villas-Boas fait ses grands débuts à la tête de l’Olympique de Marseille. Après son intronisation en mai, les supporters sont impatients de découvrir la patte de l’entraîneur portugais, qui n’a alors plus entraîné depuis près de deux ans. Raté ! Pour sa première, "AVB" concède un revers face à Reims (0-2). "Le responsable des défaites, c’est moi", assume Villas-Boas en conférence de presse, laissant entrevoir sa communication transparente. Le Portugais devra attendre son troisième match à la tête de l’OM pour s’imposer. Un retard à l’allumage qui n’empêche pas le club phocéen de remonter la pente.

• 10 novembre 2019 : une victoire face à l'OL pour prendre la 2e place

Et d’aborder le choc de la 13e journée de championnat face à l’Olympique Lyonnais avec confiance. Ce soir-là, Villas-Boas peut compter sur un Dimitri Payet en feu, prêt à en découdre avec son ancien entraîneur, Rudi Garcia, présent sur le banc lyonnais. L’OM s’impose sans problème (2-1) dans un Stade Vélodrome en ébullition, et Villas-Boas est plébiscité pour ses choix tactiques. Avec cette victoire, Marseille prend alors la deuxième place de la Ligue 1 derrière le Paris Saint-Germain. Un rang que le club phocéen ne lâchera plus.

• 30 avril 2020 : le retour en C1

Ce vendredi 30 avril, les supporters ne peuvent pas se réunir sur le Vieux-Port en raison du confinement. Mais tous peuvent se réjouir de la décision de la Ligue de football professionnel. En raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19, la saison est arrêtée et l’OM termine officiellement vice-champion de France, derrière le PSG. Une deuxième place qui signifie un grand retour en Ligue des champions. Villas-Boas devient le premier entraîneur marseillais, depuis Élie Baup en 2013, à qualifier Marseille pour la C1. "Je voudrais dédier cette deuxième place à l’ancien président marseillais Pape Diouf", écrit Villas-Boas sur ses réseaux sociaux, en référence au dirigeant marseillais décédé le 31 mars dernier. Sous contrat jusqu’en 2022, le Portugais s’apprête à participer pour la quatrième fois à la plus belle des compétitions européennes.

• 13 septembre 2020 : le hold-up au Parc des Princes

Mais avant que les déboires européens de l’OM ne démarrent, les Marseillais vivent une soirée de rêve le 13 septembre, au Parc des Princes (1-0). À l’issue d’un match électrique, qui dérape totalement, avec cinq exclusions et des accusations de racisme, Villas-Boas devient le premier entraîneur de l’OM à s’imposer à Paris depuis Didier Deschamps et une rencontre de février 2010. "C’est dommage que cette rencontre se soit terminée avec des agressions", déplore pourtant le technicien portugais. La victoire marseillaise n’en reste pas moins belle puisque le PSG concède alors une deuxième défaite d’affilée et plonge au classement. Pourtant, l’OM ne parvient pas à capitaliser sur cette victoire et entame des semaines compliquées.

• 25 novembre 2020 : les 13 défaites de la honte

À l’occasion de la 4e journée de Ligue des champions, l’OM touche le fond. Après son revers face au FC Porto (0-2), Marseille devient la première équipe à s’incliner treize fois de suite en C1, si l’on compte les défaites lors des précédentes éditions de la compétition. Un bien triste record pour les joueurs et Villas-Boas, qui s’emporte après la rencontre : "Je m’en fous de la série de défaites. Qu’est-ce tu veux y faire ? (…) C’est une compétition à oublier pour nous." Ce que fera très bien l’OM, qui terminera bon dernier de son groupe.

• 13 janvier 2021 : la revanche de Paris

Quatre mois jour pour jour après la victoire au Parc des Princes, Villas-Boas et ses joueurs retrouvent les Parisiens pour le Trophée des champions. L’occasion pour l’OM de remporter son premier trophée depuis 2012. Mais le PSG prend sa revanche (3-1) et prive Marseille d’un titre national. "On était la meilleure équipe, on ne mérite pas de perdre ce match", déclare le Portugais après la rencontre. Cette défaite est la première d’une série de quatre revers consécutifs qui a mené à l’engrenage et à la mise à pied de Villas-Boas ce mardi.

• 23 janvier 2021 : la défaite de trop

Il y a dix jours, l’OM concédait une troisième défaite d’affilée en Ligue 1 sur la pelouse de l’AS Monaco (1-3). Après un coup de gueule à l’encontre de l’arbitrage, Villas-Boas tente d’apaiser la situation en conférence de presse : "Il n’y a pas de crise. On souffre beaucoup mais le groupe est solide et veut s’en sortir." Les supporters marseillais ne sont pas de cet avis et le feront savoir quelques jours plus tard à La Commanderie. Mais Villas-Boas l’a assuré ce mardi, sa démission "n’est pas liée aux incidents de samedi". En désaccord avec les choix de son directeur sportif, le Portugais a décidé de mettre un terme à son aventure à l’OM. Il revient désormais à sa direction de prendre une décision définitive quant à son avenir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.