Ligue 1 : Les 5 moments qui ont fait déraper ce Classique

La victoire de l'Olympique de Marseille sur la pelouse du Paris Saint-Germain ce dimanche soir en clôture de la 3e journée a été marquée par de nombreuses échauffourées entre les 22 joueurs. De nombreux cartons ont été distribués par l'arbitre de la rencontre, qui a expulsé cinq joueurs en toute fin de match. Retour sur cinq moments de cette rencontre qui ont fait déraper ce Classique.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Marseillais Alvaro et le Parisien Neymar en pleine friction (JULIEN DE ROSA / EPA)

11e minute : Payet et Neymar se chauffent

Si Hiroki Sakai a récolté dès la 7e minute de jeu le premier carton jaune de la rencontre, cette altercation entre Dimitri Payet et Neymar est peut-être le début des tensions menant à l’échauffourée de fin de match. Après une récupération du Marseillais, le Brésilien vient tacler lourdement ce dernier. Prévisible car les Parisiens souhaitaient faire payer à Payet ses sorties railleuses à l’égard du PSG à la suite de la défaite du club de la capitale en finale de la Ligue des champions. À l’issue de ce premier face-à-face, les deux joueurs écopent d'un carton jaune.

31e minute : l’ouverture du score de Florian Thauvin

À la demi-heure de jeu, alors que l’OM ne s’est pas encore procuré la moindre occasion, Florian Thauvin ouvre le score contre le cours du jeu. Un but qui va totalement changer la physionomie de la rencontre : alors que le PSG poussait déjà jusque-là, les Marseillais décident de provoquer les Parisiens, pour les pousser à la faute. Presnel Kimpembe et ses coéquipiers tombent dans le panneau, et chaque faute crée une échauffourée autour de l’arbitre.

39e minute : carton jaune pour Pape Gueye

Déjà tendu après son altercation avec Payet, Neymar semble retomber dans ses travers : face à l’incapacité de son équipe à trouver des solutions, le Brésilien cherche à faire la différence seul. Le numéro 10 parisien se lance dans une remontée de balle côté gauche, efface plusieurs marseillais mais est arrêté rudement par Pape Gueye. Le tacle du milieu de l’OM est licite mais Jérôme Brisard décide de sortir le carton jaune pour calmer les esprits. Nouveau rassemblement. Déjà le cinquième avertissement de la rencontre, la dynamique est lancée et le spectre des Classiques des années 1990 et 2000 refait surface.

72e minute : l’entrée en jeu de Leandro Paredes

Argentin à la patte droite soyeuse, Leandro Paredes est également un milieu central très dur sur l’homme. Survolté lors de son entrée en jeu à la 72e minute à la place de Marco Verrati, Paredes a multiplié les interventions plus que limites en fin de match et n’a clairement pas apaisé les tensions alors que son équipe aurait dû ne pas subir la pression du moment. L’Argentin est directement impliqué dans l’échauffourée de fin de match, après s’être chauffé avec son compatriote Dario Benedetto.

90+5e minute : la bagarre générale

C’est le pic de la tension de ce Classique qui a vu la victoire de l’Olympique de Marseille. Après l’accrochage entre Paredes et Benedetto, tous les joueurs se sont regroupés dans le rond central. Après une petite période d’accalmie, Laywin Kurzawa a fait face à Jordan Amavi, les deux hommes échangeant des coups de pied, tandis que Neymar s’en prenait à Alvaro Gonzalez, régulièrement pris à partie dans cette rencontre. L’Espagnol, accusé par le Brésilien de propos racistes, est le seul joueur qui a évité une expulsion dans cette fin de match, à l’issue de ce Classique très tendu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.