Ligue 1 : faute de nouveau diffuseur, Mediapro assure les retransmissions au moins jusqu'au 20 janvier

Le groupe sino-espagnol fait l'intérim en attendant que la Ligue de football professionnelle attribue les droits TV à une autre chaîne.

Article rédigé par
Avec France Bleu Armorique - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une caméra de Mediapro lors d'un match entre le PSG et Lyon, en décembre 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

La Ligue 1 reprend mercredi 6 janvier soir après deux semaines de trêve hivernale, mais toujours sans nouveau diffuseur TV. La Ligue de football professionnel (LFP) cherche toujours à revendre ses droits après le retrait du groupe sino-espagnol Mediapro, le 11 décembre dernier. Si Canal+ est pressenti, la chaîne cryptée reste très discrète. En attendant, Téléfoot, la chaîne de Mediapro, assure les retransmissions.

Les abonnés ont reçu un mail mardi soir leur apprenant que le championnat français continuerait d'être diffusé sur Téléfoot au moins jusqu'au 20 janvier. Cela a commencé mardi soir avec les matchs de Ligue 2, et cela se poursuit donc mercredi soir avec huit des dix rencontres de la 18e journée de Ligue 1. Les salariés de la chaîne ont de leur côté une nouvelle fois appris cette information dans les médias.

Un impact financier "colossal" pour les clubs

En théorie, l'intérim assuré par Mediapro jusqu'à l'arrivée d'un nouveau diffuseur peut même durer jusqu'au 31 janvier. Mais dans les faits, l'accord conclu entre la LFP et Mediapro exclut tout "écran noir". Une source proche du dossier indique à franceinfo que Téléfoot pourrait donc continuer de diffuser le foot français jusqu'en février, voire mars, si la Ligue n'a pas de nouveau diffuseur d'ici là. Tout dépendra des négociations avec Canal* ou avec un autre acteur.

En attendant, les pertes financières s'accumulent pour les clubs qui font déjà les comptes. "Ca va être colossal", prédit le président du Stade Rennais, Nicolas Holveck, au micro de France Bleu Armorique.

"On envisageait de toucher 50 millions d'euros de droits télé. On va peut-être n'en toucher que la moitié."

Nicolas Holveck, président du Stade Rennais

à France Bleu Armorique

Le club breton accuse déjà près de 15 millions d'euros de pertes en billetterie, à cause de la fermeture des stades en raison de l'épidémie de Covid-19. "Il faut sauver nos emplois et nos salariés au sein du club", alerte également Laurent Nicollin, le président du Montpellier Hérault Sport Club en prévenant que "l'avenir financier sera compliqué" et que "ça passera peut-être par certains sacrifices".

Comme le Stade Rennais, tous les clubs professionnels subiront un impact plus ou moins grand en fonction de leur budget. Le président du Stade de Reims, Jean-Pierre Caillot, qui représentent les clubs de Ligue 1 au conseil d'administration de la LFP, mise donc tout sur Canal pour limiter la casse."C'est le diffuseur historique", rappelle-t-il. Et même s'il y a pu avoir "des quiproquos ou des tensions ces derniers temps", Jean-Pierre Caillot estime que la chaîne cryptée "a tout intérêt à maintenir un produit Ligue 1 de qualité". Pour cela, il faudrait selon lui qu'elle continue "à investir au moins au niveau où elle l'a fait par le passé pour nous permettre d'être aux alentours de 800 millions d'euros", un montant équivalent à ce qu'aurait dû débourser Mediapro chaque année sur la période 2020-2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.