Ligue 1 : Delort porte Nice, Strasbourg marque le pas... Ce qu'il faut retenir des matchs de dimanche

Andy Delort a offert le succès à Nice contre Lorient (2-1), d'un doublé capital, dimanche après-midi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Andy Delort a inscrit un doublé capital pour Nice face à Lorient (2-1), dimanche après-midi. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Il était question de luttes pour l'Europe et pour le maintien, dimanche 17 avril, pour la suite de la 32e journée de Ligue 1. Nice (2-1 face à Lorient) a décroché un succès étriqué mais important en haut du classement, quand Nantes (1-1 contre Angers) et Strasbourg (1-1 à Troyes) ont été freinés. Metz et Clermont se sont neutralisés (1-1) et restent dans la zone rouge après le succès de Saint-Étienne samedi (2-1 contre Brest). Enfin, Montpellier et Reims se sont quittés bons amis (0-0) dans un match dénué d'enjeu. Retour sur les temps forts d'une après-midi riche en matchs nuls.

Un doublé qui vaut Delort

Il fallait bien cela pour enrayer la spirale négative. A la recherche d'un succès depuis quatre matchs, Nice a bien cru poursuivre sa disette contre Lorient (2-1), en apéritif de cette journée. Mais Andy Delort, déjà buteur sur penalty, a surgi pour catapulter un centre de Kasper Dolberg dans la cage et donner la victoire aux Aiglons en fin de match (88e). Le buteur à la teinture dorée est, en quelque sorte, le porte-bonheur du Gym : dès qu'il marque, son club ne perd pas.

Les dix buts de Delort en championnat ont, en tout, rapporté onze points aux Azuréens. Surtout, sa réussite tombe à pic, au moment où ses comparses Dolberg et Gouiri ne marquent plus depuis respectivement sept et dix matchs. Si l'OGC Nice (4e avec 54 points) est encore dans la course à la C1, en dépit d'une production offensive en berne, il le doit en grande partie à son international algérien.

Strasbourg marque le pas

Le Racing sera-t-il européen ? Leur 5e place prête à l'optimisme, mais la dynamique actuelle ne plaide pas en la faveur des Alsaciens. Tenu en échec à Troyes (1-1), Strasbourg n'a pas su s'agripper à la roue de Nice et Monaco, tous deux victorieux ce week-end. En difficulté chez un promu accrocheur, désormais quatre points au-dessus de la zone rouge, Strasbourg a eu besoin d'un penalty pour ouvrir le score, par Habib Diallo (55e). Les joueurs de Julien Stéphan pensaient tenir un succès étriqué, mais Florian Tardieu égalisé sur un nouveau penalty (85e).

Une contre-performance symptomatique du printemps alsacien. Strasbourg a beau être invaincu depuis trois mois, le club enchaîne un sixième nul en huit sorties. Le problème est essentiellement offensif : la moyenne d'1,9 but par match avant la trêve est tombée à 1,23 depuis janvier. Il en faudra plus pour retrouver l'Europe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.