Ligue 1 : à dix, Monaco arrache le match nul face à Rennes après une grossière erreur du gardien breton

Quatre jours après sa défaite contre Eindhoven, Monaco a accroché le Stade rennais à Louis-II (1-1), samedi, pour le compte de la deuxième journée de championnat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Breel Embolo face à la défense rennaise, lors de Monaco-Rennes en Ligue 1, le 13 août 2022. (CYRIL DODERGNY / MAXPPP)

Monaco ne s'est pas effondré. Quatre jours après l'élimination européenne contre Eindhoven, l'ASM a décroché un bon match nul (1-1) sur la pelouse du stade Louis-II face à Rennes, samedi 13 août. Rapidement réduits à dix, menés après avoir manqué un pénalty, les Monégasques ont profité d'une grossière erreur du gardien remplaçant rennais, Dogan Alemdar, pour recoller au score et partager les points. Pas assez efficaces malgré leur but, les Bretons tournent au ralenti et ne comptent toujours aucune victoire en championnat. 

Piégés par l'exclusion de Youssouf Fofana dès la 15e minute, menés au score après le but de Gaëtan Laborde à l'heure de jeu en dépit d'une résistance vaillante, les Monégasques semblaient se diriger tout droit vers leur première défaite de la saison en Ligue 1, en conclusion d'une semaine à oublier. C'était sans compter la fébrilité de l'arrière-garde rennaise. A l'affût dans la surface à un quart d'heure du terme, Breel Embolo a profité d'un dégagement très tardif de Dogan Alemdar, le gardien numéro 2 breton, entré à la pause en remplacement d'un Steve Mandanda blessé.

Embolo dans tous les bons coups

Avant l'égalisation de la recrue estivale, les hommes de Philippe Clement avaient laissé échapper une chance d'ouvrir le score en infériorité numérique, à la demi-heure de jeu, sur un penalty loupé par Axel Disasi à la suite d'une violente sortie de Mandanda sur Embolo. Par la suite, la fatigue a, petit à petit, gagné les rangs asémistes, et les joueurs de la principauté se sont employés à défendre leur but. Une stratégie payante jusqu'à l'heure de jeu, quand Laborde a trompé Nübel à bout portant. Même menés, les Monégasques n'ont pas abdiqué en se projetant vers l'avant (12 tirs), un état d'esprit salué par Philippe Clement depuis son banc.

Dominateurs en supériorité numérique (24 tirs, 8 cadrés), les Rennais ont manqué d'efficacité et d'opportunisme pour creuser l'écart et prendre le large. Ils ont même frôlé la correctionnelle sur une tête puissante d'Ismail Jakobs au bout du temps additionnel, écartée d'une claquette réflexe main opposée par Alemdar. Les Bretons manquent de peu l'occasion de décrocher leur première victoire de la saison, et restent bloqués en deuxième partie de tableau. Monaco est provisoirement deuxième, en attendant les autres résultats du week-end.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.