Cet article date de plus d'un an.

Le Conseil d'Etat suspend les relégations de Toulouse et Amiens, Lyon débouté

Amiens et Toulouse pourraient avoir gain de cause : ce mardi, le Conseil d'État a décidé de prendre en compte le recours formulé par les deux clubs. Résultat ? Leur relégation est suspendue. Un nouveau format devra être proposé par la Ligue de football professionnel. De son côté, Lyon a été débouté de sa proposition de playoffs afin de terminer la saison. L'exercice 2019-2020 est bel et bien terminé.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.

Cette fois, le clap de fin est prononcé. Le Conseil d'État s'est chargé ce mardi de mettre un terme aux débats qui agitaient la Ligue 1 depuis plusieurs semaines. Sur la table : une reprise de la saison sous forme de playoffs, appelée de ses vœux par l'Olympique Lyonnais, et une annulation des relégations au profit d'un championnat à 22 l'an prochain, souhaitée par Amiens et Toulouse.

Lyon n'a pas eu gain de cause. Par conséquent, la saison 2019-2020 du championnat de France de football est officiellement close. Les classements sont bien arrêtés, dans la lignée de la décision prise par la LFP qui s'est réjouie "de ces deux décisions qui permettent de se tourner vers la saison suivante. La décision de l’arrêt des championnats du 30 avril dernier prise dans le sens de l’intérêt général du football professionnel était la seule décision possible", a commenté la Ligue dans un communiqué.

En revanche, Amiens et Toulouse sont dans l'attente : la plus haute juridiction administrative française a suspendu la décision quant aux relégations.

Le juge des référés suspend la relégation en Ligue 2 d’Amiens et de Toulouse

"Le juge des référés estime que le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel (LFP) ne pouvait pas légalement se fonder, pour décider de reléguer les deux derniers du classement de la Ligue 1, sur le fait que l’actuelle convention conclue avec la Fédération française de football (FFF) prévoit une limite de vingt clubs, alors que cette convention prend fin le 30 juin prochain et qu’une nouvelle convention devra être signée", explique le Conseil d'État dans un communiqué.

La question du format de la Ligue 1 saison 2020-2021 n'est donc pas encore tranchée et pourrait, comme le souhaitait Amiens et Toulouse, se tenir à 22. La LFP et la FFF, qui ont respectivement pris "note" et "acte" de cette demande, devront désormais s'entendre sur cette question "d’ici au 30 juin 2020".

Fin de saison prononcée et classement figé

L'autre décision tant attendue concerne l'arrêt du championnat de France. Celui-ci a été confirmé ce mardi par le juge des référés, appuyant ainsi la décision prise par la Ligue de football professionnel le 30 avril dernier. "Il n’y a pas de doute sérieux sur la légalité de cette décision, qui pesait les avantages et les inconvénients d’un arrêt immédiat du championnat, alors qu’une très grande incertitude affectait l’hypothèse d’un possible redémarrage des compétitions en temps utile".

Même son de cloche quant au classement final établi par la LFP : les modalités - un indice de performance basé sur un quotient "nombre de points par matches joués"ont été validées, "compte tenu notamment de ce que tous les matchs de la 28ème journée n’ont pu être joués".

Lyon en dehors des places européennes

Depuis deux mois et demi, Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, n'avait cessé de défendre une reprise de la Ligue 1. Pour lui, le retour au jeu de plusieurs autres championnats européens devait montrer la voie. Il n'a jamais digéré la décision unanime de la LFP de prononcer l'arrêt définitif de l'exercice actuel. Une position encore plus facile à comprendre que le classement final, en optant pour un ratio matches joués/points pris, repoussait Lyon à la 7e place. Soit en dehors des places européennes. 

Dès lors, Jean-Michel Aulas a tout fait pour tenter de faire revenir la Ligue sur sa décision : multiplication d'interviews dans les médias, recours (rejeté) devant le tribunal administratif de Paris avec proposition de playoffs pour boucler la saison au plus vite... Finalement, c'est le Conseil d'État qui a mis fin aux motivations de l'énergique président rhodanien. Pour de bon ? C'est probable même si l'OL, qui a une nouvelle fois chargé la LFP dans un communiqué  en lui faisant porter "l'entière responsabilité" de l'arrêt définitif du championnat,  a indiqué vouloir poursuivre son combat devant ce même Conseil d'Etat.

En attendant un improbable rebond judiciaire, il reste deux options à l'OL pour disputer une coupe d'Europe la saison prochaine : remporter la Coupe de la Ligue face au PSG - qui pourrait se jouer le week-end du 25 juillet ou du 1er août - ou gagner l'actuelle Ligue des champions, qui pourrait reprendre durant l'été.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.