Cet article date de plus de cinq ans.

La garde à vue de Serge Aurier prolongée de 24h

Auteur d'une altercation avec des membres de la Brigade anticriminalité (BAC) lundi matin à la sortie d'une boite de nuit parisienne, Serge Aurier s'est vu signifier la prolongation de sa garde à vue, selon une source policière citée par l'AFP. L'international ivoirien, en garde à vue pour "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique", contesterait avoir volontairement porté un coup, et affirme avoir lui-même reçu des coups et a fait constater une blessure au front et à la lèvre, selon son entourage.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Serge Aurier, le latéral droit du PSG. (STEPHANE ALLAMAN / STEPHANE ALLAMAN)

Une confrontation avec des policiers a eu lieu lundi soir, selon la source policière. Des auditions des trois personnes qui se trouvaient dans la voiture avec Serge Aurier étaient également prévues, a ajouté la source proche de l'enquête.

Serge Aurier s'était déjà fait remarquer il y a plus de trois mois dans une vidéo filmée via l'application Periscope, dans laquelle il traitait son entraîneur, Laurent Blanc, de "fiotte" (homosexuel en argot) et égratignait d'autres coéquipiers, dont Zlatan Ibrahimovic qualifié de "gentille bête". Mis à pied par le PSG, il avait fini par reconnaître avoir "fait une grosse connerie" et avait fait son retour sur les terrains début avril lors du quart de finale aller de Ligue des champions contre Manchester City.

Avec cette nouvelle affaire, l'image du club se voit de nouveau écornée par le comportement de son latéral droit, titulaire à son poste et dont la valeur marchande est de 20 à 25 millions d'euros, raison pour laquelle les dirigeants parisiens ne l'ont pas licencié dans l'affaire Periscope.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.