Homophobie dans le football : Roxana Maracineanu salue "l'engouement" des arbitres sur les interruptions de matchs

La question des interruptions des matchs en cas de chants homophobes des supporters avait provoqué une polémique en début de saison. Le président de la Fédération française de football s'était prononcé contre, contrairement à la ministre.

Article rédigé par
avec France Bleu - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre des Sports Roxana Maracineanu à l'Élysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Roxana Maracineanu, ministre des Sports, est revenue sur France Bleu, vendredi 21 janvier, sur ses mesures prises l'an dernier pour combattre l'homophobie dans le sport, et notamment sur les interruptions de rencontre en cas de chants à caractère homophobe.

"Ma prise de position sur les chants à caractère homophobe dans les stades [de football], c'est vrai, a soulevé l'engouement des arbitres. Ils ont envie d'être plus reconnus, explique la ministre. On le voit aujourd'hui, même si leur engouement a clairement été un peu arrêté par la prise de position du président de la Fédération française de football [Noël Le Graët, qui avait demandé en septembre aux arbitres de ne plus arrêter les matchs], ils ont envie de continuer et les sportifs ont envie de continuer à faire vivre cette cause"

Roxana Maracineanu est revenue sur les interruptions de matchs, nombreuses en début de saison de Ligue 1 et Ligue 2 : "Il y en a encore dans certains stades, et je pense que les arbitres continueront à le faire dès qu'ils jugent que les chants dépassent une certaine limite". 

Il faut aussi remarquer une responsabilisation des groupes de supporters qui ont pour certains d'entre eux compris le message

Roxana Maracineanu

à France Bleu

"Comme l'ont dit les supporters, 'Nous on n'est pas homophobes, c'est traditionnel dans ces chants-là', mais il faut aussi qu'ils comprennent que ces chants accréditent et légitiment des gestes ailleurs dans la société", conclut la ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.