Football : entraîner le FC Nantes est "un bonheur permanent, je suis heureux d'avoir trouvé ça", confie Raymond Domenech

"Lorsqu'on est entraîneur, on l'est à vie", estime Raymond Domenech, revenu aux commandes d'une équipe depuis un mois. Si ça ne lui avait pas "manqué", il ne regrette pas d'avoir saisi l'"opportunité".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Raymond Domenech, le 17 janvier 2021 pendant le match de L1 opposant le FC Nantes au RC Lens à la Beaujoire. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Raymond Domenech, qui n'avait plus dirigé d'équipe depuis 10 ans, confie sur franceinfo être "heureux d'avoir retrouvé ça, c'est un bonheur permanent". Un mois après son arrivée à la tête du FC Nantes, l'ancien sélectionneur des Bleus reste invaincu avec les Canaris (trois matchs nuls lors des trois dernières journées de championnat de Ligue1).

Raymond Domenech est "content" depuis qu'il est aux commandes du FC Nantes, bien qu'entraîner une équipe de football professionnelle ne lui avait pas "manqué". "Il y a eu cette opportunité, ça s'est décidé en trois, quatre jours. Il a fallu que je prenne la décision."

"J'ai basculé d'un coup en me disant c'est une aventure que j'ai envie de revivre. Ce n'était pas le manque, c'était l'envie de quelque chose".

Raymond Domenech, nouvel entraîneur du FC Nantes

à franceinfo

L'ancien sélectionneur des Bleus s'est dit "un peu étonné", de recevoir cette proposition de la part de Waldemar Kita, le président du FC Nantes. "Il savait très bien tout ce qui allait se dire, tout ce que les gens pouvaient penser. Lui était capable de prendre ce risque".

Pas un nouveau départ, "une continuité"

"Ce n'est pas un nouveau départ, mais une continuité" précise l'entraîneur du FC Nantes. "Je crois que lorsqu'on est entraîneur, on l'est à vie. Préparer le match, retrouver les habitudes, retrouver le terrain, la construction de l'équipe, la mise en place, la causerie, les petits détails qu'on donne au dernier moment avec les uns les autres, vivre dans cette atmosphère de vestiaire avant un match, cette tension et vivre le match en se disant j'ai encore la possibilité d'influencer, de changer quelque chose. C'est l'essence de l'entraîneur, c'est notre vie de tous les jours", conclut Raymond Domenech.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.