DIRECT. Ligue 1 : après la chute d'une barrière, le président d'Amiens charge les supporters lillois

L'accident est survenu après un but lillois de Fodé Ballo-Touré, au quart de jeu. 

Une barrière de tribune a cédé dans le stade de la Licorne à Amiens, provoquant la chute de nombreux supporters, le 30 septembre 2017. 
Une barrière de tribune a cédé dans le stade de la Licorne à Amiens, provoquant la chute de nombreux supporters, le 30 septembre 2017.  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le match a été immédiatement interrompu. Une barrière des tribunes du stade de la Licorne à Amiens a chuté, samedi 30 septembre, lors du match de Ligue 1 Amiens-Lille. Elle a entraîné dans sa chute de nombreux supporters lillois, des dizaines d'entre eux se retrouvant au sol, écrasés par leurs camarades.

Au moins 18 blessés. L'accident a blessé au moins 18 supporters, dont trois gravement, ont indiqué les pompiers dans un premier bilan communiqué à l'AFP. des dizaines d'entre eux se sont retrouvés sur le sol, écrasés par leurs camarades.

Après un but lillois. L'accident s'est produit après un but de Fodé Ballo-Touré. Des supporteurs du Losc se sont alors précipités vers le grillage séparant leur tribune située en coin de la pelouse et ont chuté d'environ 1,5 mètre. 

Le match interrompu. La rencontre, interrompue à la 16e minute, "ne reprendra pas", a annoncé dans la soirée un délégué de la Ligue de football professionnel (LFP) sur BeIN Sports, diffuseur du match.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FOOT

23h29 : Sur le site du club, le président Marc Ingla charge son homologue picard Pascal Joannin : " il semblerait que le Président de l'Amiens SC ait manqué de lucidité et se soit précipité dans ses déclaration. Le football professionnel demande un certain nombre d'exigences en termes d'organisation et dans ce cadre, ces déclarations semblent mal venues et irresponsables. Nos supporters et notre clubs sommes les victimes des événements de la soirée."

23h28 : Le LOSC s'interroge sur les "conditions d'organisation et de sécurité" après l'effondrement de la barrière du parcage de ses supporters à Amiens.

23h16 : "Nous cherchons à savoir s'il y a eu des manquements particuliers, qui auraient eu pour conséquence ces blessures et donc caractériseraient une infraction."

23h01 : La procureure d'Amiens annonce l'ouverture d'une enquête en flagrance pour "blessures involontaires" après l'effondrement de la barrière.

22h57 : Voici la une de La Voix du Nord de demain.

22h55 : Sur RTL encore, le préfet de la Somme Philippe de Mester déclare : "Je m'étonne qu'on cherche des responsables partout sauf chez les supporters."

22h52 : Nouveau bilan provisoire communiqué par le CHU d'Amiens : 29 blessés dont cinq graves.

22h44 : Didier Quillot, secrétaire général de la LFP, déclare à la RTL que les policiers "ont saisi des images dans le car-régie de beIN Sports."

22h40 : @loustic du 29 ... avant d'effacer son tweet devant le tollé général, et de tenter de se justifier en 140 caractères.

22h40 : Savez-vous que l'insoumise Raquel Garrido avait fait polémique avec son tweet? (J'ai assisté ce soir au match #PSGFCGB, événement qui coûte des millions, tandis qu'à #ASCLOSC une tribune s'effondre. Cherchez l'erreur.) Son tweet a, depuis, été supprimé.

22h32 : Vous trouverez ici, à la page 4 de ce PDF, le procès-verbal des inspecteurs de la LFP sur le stade la Licorne, qui avait été jugée "conforme pour évoluer en Ligue 1", le 1er juin 2017.





22h28 : "Je me sens coupable, je les ai excités", témoigne le buteur lillois Fodé Ballo-Touré sur RMC.

22h27 : "L'expertise des blessés légers n'est pas terminée" fait savoir la préfecture. Le bilan pourrait être revu à la hausse.

22h22 : L'heure n'est pas à rejeter la faute sur les supporters lillois ou sur les propriétaires du stade. L'enquête le dira. La priorité est de respecter les victimes et de penser à sécuriser tous les stades si besoin

22h58 : @Hadrien A l'instant encore, la maire d'Amiens Brigitte Fouré réaffirme qu'aucun pronostic vital n'est engagé. Donc fausse rumeur.

22h19 : On parle de blessés en "urgence absolue", info ou fausse rumeur ?

22h16 : "La barrière s'est rompue comme du carton", fustige Franck Deffenain, président d'une section de supporters du LOSC, sur BFM-TV.

22h13 : Une barrière s'était déjà effondrée à Lens en septembre 2015, en tribune Marek, celle où se concentrent les ultras. Il n'y avait pas eu de blessés à l'époque.

22h09 : "Le procureur a fait poser des scellés sur la partie de tribune qui s'est effondré", précise Alain Gest sur BFM. C'est pour faciliter l'enquête que le match n'a pas été reporté à demain.

22h08 : Alain Gest, président d'Amiens Métropole et propriétaire du stade, indique qu'aucun supporter n'a son pronostic vital d'engagé. Les cas les plus graves sont un traumatisme crânien et des fractures.

22h07 : Les différents ministres concernés font le point sur les opérations en cours à Amiens.

22h05 : Le stade de la Licorne s'est définitivement vidé, tweete un journaliste de la Voix du Nord.

22h04 : Le SC Bastia, qui avait connu au début des années 1990 le drame de Furiani, vient de tweeter un petit mot pour les supporters du Losc.

22h00 : Un coup d'oeil aux autres résultats : le FC Nantes est provisoirement 3e de L1 à la faveur de sa victoire sur Metz 1-0. Caen virtuel 4e, après son succès contre Rennes 1-0. Pas de vainqueur entre Dijon et Strasbourg et entre Guingamp et Toulouse, matchs conclus sur le score de 1-1.

21h56 : Concernant le bilan, on a des infos contradictoires. Le délégué de la LFP donne 29 blessés dont 6 graves, la préfecture donne 26 dont 4 graves.

21h56 : Je ne pense pas que ce soit forcement la faute des supporters. Dans tous les stades, dès qu'il y a un but, les supporters se jettent sur les barrières et ces dernières ne lâchent pas toutes et heureusement.

21h54 : Heureusement que les barrières à la Beaujoire et à Geoffroy Guichard ne sont pas dans le même "parfait état" que celle de la Licorne... les propos de Joannin sont scandaleux !

21h52 : Vous pouvez lire une description sans concession du stade de la Licorne sur le site chronique-architecture.com. "Une anecdote. Peu après l'inauguration, un hurluberlu avait tiré sur la façade avec une carabine, faisant des trous dans quelques carreaux [du toit du stade]. Ces carreaux n'ont jamais été remplacés et sont toujours là. Aucun n'est jamais tombé. "

21h50 : Pas très heureuse la réaction du président d'Amiens !

21h48 : Lol ça va être la faute des supporters ? Bande d'hypocrites !!!

21h47 : Un peu facile de rejeter la faute sur les supporters...

21h47 : Vous êtes nombreux à réagir aux déclarations du président du club d'Amiens, qui rejette la faute sur les supporters lillois.

21h47 : Selon La Voix du Nord, le match ne se rejouera pas demain. La commission des compétitions tâchera de trouver une date.

21h46 : Le bilan est revu à la hausse : au moins 29 blessés dont 6 graves.

21h43 : "Les services de police nous avaient prévenu que 200 ultras très énervés étaient dans le parcage lillois, ils se sont lancés de façon désordonnée sur cette barrière qui était en parfait état, la commission le statuera. Imaginez, ils voulaient entrer sur le terrain. Il va falloir avoir une réflexion forte sur les déplacements de supporters", affirme Bernard Joannin lors d'une conférence de presse.

21h41 : "Les blessures les plus graves seraient des fractures", affirme Alain Gest, le patron de la communauté de communes Amiens Métropole.

21h33 : @anonyme Lors d'une rencontre de championnat, vous avez trois tribunes et demie dévolues aux supporters du club qui reçoit, et un espace délimité, entouré de barrière et de filets, pour les supporters adverses. C'est ce qu'on appelle le parcage visiteurs.

21h32 : Que veut dire "parcage visiteurs"?

21h32 : "D'un seul coup, je me suis retrouvé en bas. Tout le monde est tombé sur le terrain, et tout le monde a eu la cage thoracique compressée. J'ai eu du mal à m'en remettre, j'ai encore mal au crâne. Je voyais des gens qui avaient du mal à reprendre leur respiration. Là j'ai vu des potes à moi en sang. Il va y avoir des blessures graves, c'est sûr. J'ai eu chaud."

Témoignage recueilli par le correspondant de franceinfo à Amiens.

21h28 : "La priorité, ce n'est pas le foot, réagit le défenseur nordiste Ibrahim Amadou, sur beIN Sports. Aujourd'hui, les faits sont très graves, ils ont décidé d'arrêter le match pour le bien de tout le monde."