Cet article date de plus de trois ans.

Crise à Bordeaux : Gourvennec n'est pas menacé

Le président de Bordeaux Stéphane Martin a estimé samedi que son entraîneur "n'était pas la bonne cible" suite à la défaite à domicile contre Strasbourg (0-3) émaillée de "Gourvennec démission" scandés par les Ultramarines.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jocelyn Gourvennec dépité en conférence de presse

"un naufrage" vendredi soir, le dirigeant bordelais a évoqué sa surprise "que le public s'en prenne à Jocelyn" (Gourvennec). "Il y a plein de raisons qui font qu'on en est là. Je trouve un peu dur de tout mettre sur le coach. Mais bon, que le public soit mécontent, c'est normal. Nous sommes sur une série historique dans les mauvais résultats. Donc, il y a une réaction du public. Jocelyn n'est clairement pas la bonne cible mais c'est normal qu'il y ait du mécontentement", a-t-il ajouté, en réitérant sa confiance à son entraîneur.

"On est convaincu que Jocelyn Gourvennec fait du bon travail et l'on trouve dur de le stigmatiser comme ça, comme si c'était le seul fautif. Quand on est à ce classement-là, on a tort. On a toujours tort quand les résultats ne sont pas là", a ajouté M. Martin, en référence au recrutement estival qu'il a validé et qui ne donne pas satisfaction.

A la question de savoir si le mercato hivernal sera actif du côté des Girondins, le président a déclaré qu'"on verra dans dix jours en fonction de là où on est. On fera le bilan et l'on verra ce que l'on fait". Vendredi soir, Bordeaux a concédé sa septième défaite en dix journées de L1. Le souhait de son président est désormais d'"arriver à casser cette spirale que pour l'instant nous n'arrivons pas à casser". "Je ne pense pas que le classement actuel, la série actuelle représentent le niveau des joueurs. Il faut sortir de cette spirale infernale et puis enclencher quelque chose de plus positif", a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.