Coronavirus : mettre un terme à la saison de football, "ce serait le scénario catastrophe", pour un spécialiste de l'économie du sport

La Ligue de football espère débuter le 23 août la saison 2020/2021 de Ligue 1. "Cela permet de donner un cap et de mettre aussi une petite pression aux instances dirigeantes", estime Virgile Caillet.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien joueur de l'En Avant Guingamp, Marcus Thuram, lors d'un match de Ligue 1 contre le Stade Rennais FC, au Roazhon Park à Rennes, le 12 mai 2019 (photo d'illustration). (DAMIEN MEYER / AFP)

La sortie de crise est loin mais la Ligue de football professionnel (LFP) annonce déjà des dates prévisionnelles pour la saison 2020/2021, qui commencerait fin août pour la Ligue 1 et la Ligue 2."Il n’y a pas pire que de devoir gérer un club de foot sans avoir de certitudes", explique Virgile Caillet, spécialiste de l’économie du sport, samedi 11 avril sur franceinfo.

Annoncer d’ores et déjà des dates, "cela permet de donner un cap et de mettre aussi une petite pression aux instances dirigeantes, ajoute Virgile Caillet. Il y a également le calendrier international derrière". Si les clubs ne se qualifient pas pour le championnat européen, la Ligue des Champions doit elle aussi s’arrêter. C’est un "enjeu immédiat pour l’UEFA" qui pourrait perdre des milliards d’euros. 

Les budgets des clubs liés au sponsoring et au droits télé

Mais la question de la saison actuelle n’est toujours pas réglée. "Il y a trois scénarii sur la table", explique Virgile Caillet. "Le premier, c’est que le championnat peut reprendre avec du retard, puisqu’il n’y a pas d’Euro cet été. Ce serait le scénario idéal mais la plupart des clubs ont désormais fait un trait dessus", poursuit-il.

Deuxième scénario, la reprise du championnat à huis-clos pour commencer. Et enfin, le troisième, c’est de mettre un terme à la saison, "ce serait le scénario catastrophe", assure Virgile Caillet. Avec de lourdes conséquences financières pour les clubs. "Dans le football, 60 à 70% du budget des clubs reposent sur les droits télé et le sponsoring, explique le spécialiste de l’économie du sport. Si on ne va pas au terme de la saison, on pourrait imaginer dans le pire des cas que les partenaires et les diffuseurs ne payent pas la totalité des montants". Une catastrophe pour les clubs explique Virgile Caillet car ils "ont construit leur budget avec, s’ils sont en défaut de paiement, ce sera dramatique pour certains clubs".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.