Ligue 1 : Vincent Labrune critique l'arbitrage du match OM-OL, Jean-Michel Aulas le traite de "guignol"

Selon le président de l'OM, l'arbitrage avantagerait l'OL de façon récurrente. Son homologue lyonnais a immédiatement répliqué. 

Le président de l\'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, le 15 octobre 2014 à Paris.
Le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, le 15 octobre 2014 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

Les tacles ont fusé sur le terrain, mais aussi en dehors. "Pour moi, c'est un guignol", a ainsi estimé, dimanche 20 septembre devant la presse, le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, à propos de celui de Marseille, Vincent Labrune. Une pique lancée à l'issue du match nul (1-1) entre les deux équipes, interrompu vingt minutes à cause de jets de projectiles.

Le président lyonnais réagissait aux accusations de son homologue marseillais. Au micro de Canal+, ce dernier a estimé qu'il y avait "des équipes qui ont plus souvent des penalties que les autres. C’est le cas de l’Olympique lyonnais." Une référence à l'expulsion de Romain Alessandrini, expulsé après un tacle dangereux sur Mathieu Valbuena, et au penalty sifflé par l'arbitre après une faute de Steve Mandanda sur Alexandre Lacazette.

"Il ne fera pas de vieux os dans le football"

Des "propos irresponsables", selon Jean-Michel Aulas. "Pour moi, c'est un guignol, et je pense qu'il ne fera pas de vieux os dans le football", a-t-il dit aux journalistes. Il a également évoqué le traitement réservé à Mathieu Valbuena, ex-joueur de Marseille, qui a subi plusieurs fautes dans le jeu, outre les sifflets de son ancien public. "Ce qui s'est passé contre lui est une vendetta volontaire, son intégrité physique a été mise en danger", a estimé le président lyonnais.