Cet article date de plus de sept ans.

Ligue 1 : le PSG écrase Monaco (3-0) et paraît déjà intouchable

Seule équipe à suivre le train d'enfer parisien, le Stade de Reims, qui a écrasé Lorient (4-1).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
L'attaquant du PSG Edinson Cavani lors du match à Monaco, le 30 août 2015. (VALERY HACHE / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 4e journée de Ligue 1, disputée les 28, 29 et 30 août, résumée en deux phrases, pas toujours sympa.

1- PSG 12 (écrase Monaco 3-0). Même les pros le disent, dans 34 journées, le club sera toujours à la même place. 

2- Reims 9 points (large vainqueur de Lorient 4-1). L'entraîneur Olivier Guégan ne prend pas la grosse tête avec cette place dans le haut du tableau. "Ce n'est pas la place que je regarde, mais le nombre de points. 9 points en 4 matchs, c'est positif, il faut capitaliser, prendre des points, car le chemin est encore long. Il faut être ambition, on ne s'interdit rien."

3- Rennes 9 (vainqueur de Toulouse 3-1). Meilleur départ du club breton, qui enchaîne sa troisième victoire consécutive, depuis un demi-siècle, d'après le président René Ruello. En tout cas, c'est du jamais-vu depuis l'instauration de la victoire à trois points. 

4- Angers 8 (timide contre Nice 1-1). Verre à moitié plein, Angers est toujours invaincu, ce qui est remarquable pour un promu. Verre à moitié vide, le SCO n'a toujours pas réussi à gagner devant son public.

Le milieu angevin Cheikh N'Doye lors du match entre son équipe et Nice, le 29 août 2015.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

5- Lyon 7 (se réveille contre Caen 4-0). Lyon est (re)devenu un grand club, à en croire Hubert Fournier, sous pression après le mauvais résultat contre Rennes la semaine passée : "la victoire était importante parce que, quand on est l'Olympique Lyonnais, perdre deux fois c'est déjà le début d'une petite crise."

6- Bastia 7 (chute à Saint-Etienne 1-2). Pas aidés par deux cartons rouges, les Bastiais ? N'empêche, le défenseur Sébastien Squillacci résume la théorie du complot en vigueur en Corse : "Sur le premier but, il n'y avait pas corner et nous prenons deux exclusions. Je n'ai pas revu les images, mais que dès que c'est limite et que c'est Bastia, on ne prend pas le temps d'analyser la situation et on sort de suite le carton rouge. Aujourd'hui, j'ai les boules. Je ne suis pas une pleureuse et pas du genre à créer une polémique. Nous savons que nous n'existons pas dans cette L1 et que dès qu'il y a une décision litigieuse, c'est contre nous."

7- Nantes 7 (impuissant à Bordeaux 0-2). Les Canaris se sont montrés étonnamment amorphes en Aquitaine. Un seul tir cadré, aucune occasion nette, Bordeaux n'a pas souffert. Constat sans appel du coach, Michel der Zakarian : "Ils nous ont bouffés, voilà tout."

8- Saint-Etienne 7 (vainqueur de Bastia 2-1). Une victoire dans la douleur pour les Verts, qui avaient surtout la tête avec Jean-Christophe Bahebeck, hospitalisé à la mi-temps. "J'espère juste que c'est un coup de chaud", a réagi le coach des Verts, Christophe Galtier, au bord des larmes.

9- Caen 6 (écrasé par Lyon à domicile 0-4). L'an passé, Caen avait fait une première partie de saison "portes ouvertes" en défense, mais était parvenu à se maintenir. C'est sans doute pour ça que le coach Patrice Garande ne s'affole pas : "Je ne veux pas essayer de noyer le poisson, mais je trouve beaucoup de points positifs dans cette défaite. "

10- Bordeaux 5 (se rassure contre Nantes 2-0). Premier succès de la saison en championnat pour les Girondins qui revenaient d'un déplacement de 6 000 km au Kazakhstan pour la Coupe d'Europe. Tout avait mal commencé avec un penalty manqué par Whabi Khazri en début de rencontre. "La panenka manquée? Ca m’agace, j’ai eu envie de le sortir, peste Willy Sagnol, l'entraîneur girondin. Il y a des gestes qui ne se font pas sur un terrain." Quelques minutes plus tard, Khazri justifiait la clémence de son entraîneur en ouvrant le score.

11- Nice 5 (grapille un point contre Angers 1-1). Nice s'impose comme l'une des équipes les plus agréables à suivre du championnat, et aurait pu repartir d'Angers avec une victoire. "On a fait un match plein", confirme l'entraîneur Claude Puel. 

12- Lille 5 (première victoire de la saison contre le Gazélec Ajaccio 1-0). Les Lillois n'ont pas réussi à tuer le match contre une équipe d'Ajaccio très faible. Mais le manque de spectacle, le staff lillois a l'habitude.

13- Monaco 5 (limité contre le PSG 0-3). On a la confirmation que la défense monégasque n'est plus aussi imperméable que l'an passé, et que l'AS Monaco est devenue une machine à vendre des joueurs : 320 mouvements depuis 2012, record toutes catégories. La vente des piliers de la défense Abdennour et Kurzawa cette semaine se ressent déjà.

14- Toulouse 4 (dominé à Rennes 1-3). Deux des trois buts encaissés par les Violets sont imputables à leur gardien, le Colombien Goicoechea , qui poursuit la longue tradition des gardiens fébriles dans la cage du TFC. Et la longue tradition des saisons passées à se faire peur jusqu'à la dernière journée aussi. 

15- Marseille 3 (rechute à Guingamp 0-2). L'état de grâce de Michel, le nouvel entraîneur de l'OM, est-il déjà un lointain souvenir ? Le technicien espagnol n'a pas cherché d'excuse après la surprenante défaite en terre bretonne, mais a fait une promesse : "notre équipe est très jeune. Elle doit apprendre a mieux connaître le jeu et elle va s'améliorer rapidement."

16- Guingamp 3 (commence enfin sa saison en battant l'OM 2-0). Michel aurait pu faire siens les propos de Jocelyn Gourvennec après la rencontre : "c'est important de gagner un premier match. On a été montrés du doigt, forcément, puisqu'on avait perdu les trois premiers sans marquer un but, mais je crois qu'il faut aussi se rendre compte que dans le football ça va souvent très vite et il n'y a souvent pas grand chose entre une défaite et une victoire."

17- Troyes 3 (muet contre Montpellier 0-0). Si vous n'avez pas regardé le match, vous avez bien fait. "Que ce fut triste", résume le quotidien régional L'Est Eclair.

18- Lorient 2 (écrasé à Reims 1-4). Les oreilles des joueurs et de l'entraîneur vont siffler, en voyant le tweet du président du club Loïc Féry, publié à chaud après la rencontre. 

19- Montpellier 1 (toujours muet devant les buts adverses, 0-0 à Troyes). Le club pailladin a perdu son meilleur buteur, Lucas Barrios, et son meilleur passeur, Anthony Mounier à la trève, et ça se sent. Aucun but, et pas beaucoup d'occasions. "Bilan très insuffisant", constate Rolland Courbis, l'entraîneur héraultais.

20- Gazélec Ajaccio 1 (dominé par Lille 0-1). 1 point et 0 but en 4 matchs, les observateurs du foot se demandent si l'équipe corse, qui paraît limitée dans le jeu. Les comparaisons avec les départs calamiteux de Grenoble ou Arles-Avignon ces dernière années apparaissent déjà sur les réseaux sociaux. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.