Cet article date de plus de six ans.

Ligue 1 : le PSG laisse encore passer sa chance

Peu habiles devant le but, les Parisiens ont dû se contenter d'un nul sur la pelouse de Monaco. Lyon reste leader.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
L'Argentin du PSG Javier Pastore, le 1er mars 2015 sur la pelouse du stade Louis-II, à Monaco. (VALERY HACHE / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 27e journée de Ligue 1 disputée les 27, 28 et 29 février, résumée en deux phrases, pas toujours sympa.

1 - Lyon, 54 points (s'est fait rattraper par Lille 2-1). L'OL, qui avait ouvert le score dès la troisième minute par Tolisso et avait archi-dominé un premier acte avec des Nordistes affligeants, a finalement craqué après la pause sur des buts de Gueye et Lopes. "Un sacré coup d'arrêt" selon les mots l'entraîneur Hubert Fournier.

2 - Paris, 53 points (tenu en échec à Monaco 0-0). Le PSG n'arrive toujours pas à accrocher la première place du classement. Les Parisiens se sont créés les meilleures occasions, souvent grâce à un excellent Pastore, mais ont pêché dans la finition.

3 - Marseille, 50 points (s'est effondré à domicile face à Caen 2-3). Les supporters de l'OM avaient la mine défaite en sortant du Vélodrome. Marseille, qui se croyait à l'abri avec une avance de deux buts, s'est finalement fait battre par de renversants Caennais. De quoi voir s'éloigner les espoirs de titres, même si Lyon n'a pas connu meilleur sort à Lille.

4- Monaco, 44 points (tenu en échec par le PSG 0-0). Après 10 premières minutes à la manœuvre, les Monégasques ont reculé face aux assauts parisiens. Mais la défense a été irréprochable. Monaco revient à six points du podium, avec un match en moins.

5- Saint-Etienne, 43 points (tenu en échec à Toulouse 1-1). Les Verts n'ont plus gagné en championnat depuis le 10 janvier. Ils ont failli réussir, grâce au pénalty marqué juste avant la mi-temps par Gradel. Mais les Toulousains ont poussé en fin de match, et Akpa Akpro a trouvé la faille sur une frappe canon depuis l'entrée de la surface !

6 - Montpellier, 42 points (s'est défait de Nice 2-1). Menés sur leur terrain, les Héraultais ont réussi à inverser la tendance grâce à Bryan Dabo et Lucas Barrios. De quoi donner le sourire aux supporters, qui voient leur équipe revenir à un point de Saint-Etienne.

7- Bordeaux, 42 points (concède le nul face à Reims 1-1). Bien qu'ayant largement dominé les débats, les Girondins doivent se contenter d'un nul. Même les 7 minutes d'arrêts de jeu en fin de partie ne leur auront pas suffi à prendre l'avantage.

8 - Nantes, 33 points (s'est défait de Guingamp 1-0). Si le contenu du match n'a pas été flamboyant, l'opération comptable est excellente pour les Canaris. Ils prennent sept points d'avance sur la zone de relégation et grimpent de six places au classement.

9 - Lille, 35 points (a su se reprendre pour battre Lyon 2-1) Des larmes au rire. Indigents en première mi-temps, les Lillois ont renversé la vapeur en deuxième pour finalement s'imposer face au leader. "On savait que c'était faisable, encore fallait-il le faire ! C'est une victoire importante et il nous la fallait", s'est réjoui René Girard.

10 - Rennes, 35 points (bat Lens 1-0). Les Bretons étaient à la recherche d'une victoire en championnat depuis le 3 décembre ! C'est chose faite grâce à un but de la tête de Doucouré, sur leur première et rare occasion d'un match médiocre, sur la pelouse en piteux état du stade de la Licorne d'Amiens.

11 - Guingamp, 35 points (a perdu à Nantes 1-0). Coup d'arrêt pour les hommes de Jocelyn Gourvennec, qui n'avaient connu qu'une défaite sur leurs cinq derniers matchs de L1. Ils repartent de la Beaujoire avec une défaite, lors d'un match marqué par des fautes à répétition : neuf cartons jaunes et un rouge ont été distribués.

12- Caen, 34 points (a fait plier l'OM 2-3) C'est confirmé : les Caennais sont irrésistibles en cette année 2015. Invaincus lors de leur sept derniers matchs, dont six victoires, ils ont réussi à inscrire trois buts en deuxième mi-temps pour infliger à l'OM sa première défaite au Vélodrome depuis août.

13- Nice 34 points (a perdu à Montpellier 2-1). Deuxième défaite de rang pour les joueur de Claude Puel, qui avaient pourtant ouvert la marque sur pénalty. L'entraîneur niçois veut déjà tourner la page : "On a un gros déplacement à Bastia. J'espère que nous allons retrouver un peu de fraîcheur".

14- Bastia, 33 points (battu à Lorient 2-0). Coup d'arrêt pour les Corses. Invaincus en championnat depuis le 6 décembre, les Bastiais tombent face à des Merlus dans leur élément, sous la pluie.

15- Reims, 32 points (fait match nul à Bordeaux 1-1). Toujours pas de victoire en 2015 pour des Champenois valeureux mais inoffensifs à Chaban-Delmas. Résultat : un quatrième match nul de suite. Penser tout de même à jeter un coup d'œil dans le rétroviseur !

16- Lorient, 31 points (bat Bastia 2-0). Un match enlevé, de belles phases d'attaque, un gardien irréprochable... Et voilà une victoire méritée pour les Bretons, qui s'éloignent de la zone de relégation, grâce à des buts de Bellugou et Bruno lors de ce 200e match de Lorient en Ligue 1.

17- Evian-TG, 26 points (s'impose à Metz 2-1). Les Hauts-Savoyards n'ont laissé aucune chance à des Messins peu inspirés. Une victoire qui vaut de l'or pour Evian, deux semaines après sa victoire contre Lens. Et qui compte un match en retard...

18- Toulouse, 29 points (tenu en échec par Saint-Etienne 1-1). Le TFC évite le pire en arrachant le nul dans les derniers instants face à des Verts qui ont trop reculé. Pas suffisant pour les hommes d'Alain Casanova, qui sont relégables.

19- Lens, 22 points (battu par Rennes 1-0). Rien ne va plus à Lens, qui s'enfonce inexorablement vers la Ligue 2. Les Sang et Or se retrouvent à 7 points du premier non-relégable, alors que se profilent des matches contre le PSG et Marseille en mars...

20- Metz, 22 points (battu par Evian-TG 2-1). Le FC Metz semble condamné à la Ligue 2 après sa 15e défaite de la saison. Les Lorrains n'ont plus gagné en Ligue 1 depuis le 1er novembre. Et la prestation du jour ne laisse pas entrevoir de grands espoirs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.