Ligue 1 : le PSG, même accroché, grand vainqueur de cette journée

Aucun de ses poursuivants (Lyon, Marseille, Nice, Bordeaux, Lille, Rennes...) n'a gagné. 

Le Stéphanois Yohan Mollo à la lutte avec le Parisien Blaise Matuidi, le 17 mars 2013 à Saint-Etienne (Loire). 
Le Stéphanois Yohan Mollo à la lutte avec le Parisien Blaise Matuidi, le 17 mars 2013 à Saint-Etienne (Loire).  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Que retenir de la 29e journée de Ligue 1, disputée les 15, 16 et 17 mars ? L'actualité de votre club, résumée en deux phrases. 

1- PSG 58 points (tenu en échec à Saint-Etienne 2-2). "Aujourd'hui on pouvait gagner", regrette le gardien du PSG Salvatore Sirigu sur Canal +. Mais le PSG est quand le même vainqueur d'un week-end où aucune des sept premières équipes du classement n'ont gagné. 

2- Lyon 53 (battu à Bastia 1-4). C'est la plus lourde défaite de l'OL cette année, et ça n'a pas plu du tout à l'entraîneur, Rémi Garde. "Il y a eu un manque de concentration et de communication indigne d'un club de Ligue 1. Nous avons joué comme une équipe de minimes !"

3- Marseille 51 (tenu en échec par Ajaccio 0-0). Marseille a toujours autant de mal à domicile (6e équipe seulement) et cela commence à se faire sentir sur les affluences : seulement 30 000 spectateurs.

Le Marseillais Jérémy Morel est devancé par l\'Ajaccien Carl Medjani, le 15 mars 2013. 
Le Marseillais Jérémy Morel est devancé par l'Ajaccien Carl Medjani, le 15 mars 2013.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

4- Saint-Etienne 49 (auteur d'un bon nul contre le PSG 2-2). Saint-Etienne n'a donc jamais perdu en trois matchs face au PSG cette année. Et a réussi à remonter un handicap de deux buts concédé dans le premier quart d'heure. "A 0-2, on a lâché les chevaux. C'est bien de ne pas avoir perdu, on fait une super saison", résume le milieu stéphanois Renaud Cohade sur Canal +. 

5- Nice 48. (battu à Nancy 0-1). Se faire surprendre par le dernier, est-ce un déshonneur ? La manière laisse en tout cas à désirer : le gardien David Ospina a été fortement mis à contribution tout au long du match.

6- Lille 46 (battu par Evian à domicile 1-2). Salomon Kalou est incontestablement l'homme du match : un but, un but contre son camp, et un penalty envoyé dans les nuages. L'entraîneur Rudi Garcia n'accable pas son attaquant : "On rate un penalty, on frappe plein de fois mais on n'a peut-être pas su provoquer la chance. Ça avait tout d'un match piège mais on a fait une performance d'ensemble correcte mis à part des erreurs individuelles mais il faut l'accepter."

7- Montpellier 45 (tenu en échec par Troyes 1-1). Un résultat qui interrompt une série de huit victoires d'affilée à domicile. Le champion de France stagne à la 7e place. René Girard ne veut pas voir de lien de cause à effet avec le feuilleton Maradona, qui a dominé l'actualité montpelliéraine depuis 10 jours. Mais apprécie que les supporters aient scandé son nom en fin de match : "Cela prouve qu’il y a des connaisseurs… en toute humilité."

8- Lorient 43 (facile vainqueur de Brest 4-0). La plus large victoire des Merlus cette année à domicile. "Statistiquement le maintien est acquis, lâche un Christian Gourcuff aux accents de Guy Roux, mais on peut faire mieux et on a l'ambition de faire mieux, avec un effectif très jeune".

10- Bordeaux 42 (tenu en échec à Toulouse 0-0). Le soporifico a tenu toutes ses promesses. Bordeaux cultive sa réputation d'équipe ennuyeuse avec talent. C'est le 7e 0-0 des Girondins en Ligue 1 cette saison, soit un match sur quatre ! L'entraîneur de Bordeaux, Francis Gillot, manie l'humour auprès des journalistes : "Ah, vous êtes encore là ? Vous êtes restés jusqu'à la fin du match ? Moi, j'ai failli partir..."

10- Rennes 42 (battu à Reims 0-1). Il ne reste plus guère que la finale de la Coupe de la Ligue, contre Saint-Etienne, pour sauver la saison des Rennais, qui s'enfoncent dans le ventre mou, avec trois défaites et deux nuls sur leurs cinq derniers matchs. Frédéric Antonetti, l'entraîneur corse, ne dit pas autre chose : "C'est dommage qu'il n'y ait pas chez nous cette culture pour se battre contre la défaite. Il nous manque quelque chose, c'est évident."

11- Toulouse 38 (auteur d'un 0-0 malheureusement prévisible contre Bordeaux). Le soporifico a tenu toutes ses promesses. Toulouse cultive sa réputation d'équipe ennuyeuse avec talent.

12- Valenciennes 36 (auteur d'un bon nul à Sochaux 1-1). La plus mauvaise formation de L1 en 2013, inexistante pendant les deux tiers de la rencontre, ramène un point du Doubs. Et ne s'en plaindra pas.

13- Ajaccio 33 (a ramené un point du Vélodrome 0-0). "Un point c'est bien", résume un Albert Emon, ancien de la maison marseillaise, tiraillé entre les regrets de n'avoir pas su chercher la victoire, et la satisfaction d'avoir avancé sur l'opération maintien avec un 9e résultat positif décroché à l'extérieur en 15 matchs.

14- Bastia 33 (vainqueur de Lyon 4-1). Un résultat qui fait sauter de joie Frédéric Hantz, l'entraîneur corse : "c'est le match le plus abouti de notre saison. C'est une grosse performance pour nous. Il y a la victoire, le jeu, la manière et l'état d'esprit. C'est une très belle soirée et il faudra en vivre d'autres. Il nous manque encore trois victoires pour nous maintenir."

Les joueurs de Bastia remercient leur public après leur victoire sur Lyon 4-1, le 16 mars 2013. 
Les joueurs de Bastia remercient leur public après leur victoire sur Lyon 4-1, le 16 mars 2013.  (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

15- Evian 30 (vainqueur à Lille 2-1). Alors qu'on les croyait dans une situation désespérée, les Savoyards viennent de remporter deux succès de suite qui leur donnent de l'air sur la zone de relégation. Leur 7e victoire en 29 journées. Hélas, la grave blessure de Sidney Govou, qui souffre d'une fracture de la rotule, assombrit ce bon résultat. "Cette victoire je la dédie à Sidney Govou, déclare l'entraîneur Pascal Dupraz. Il mérite une plus belle fin de carrière donc on espère qu'il se remettra vite."

16- Reims 30 (vainqueur de Rennes 1-0). Vous n'avez pas regardé ce match ? Pas de regret à avoir, et c'est le coach des vainqueurs qui vous le dit : "Ce n'est sans doute pas la plus victoire de l'année en terme de qualité de jeu, mais elle est belle par le coeur qu'on a y mis."

17- Brest 29 (écrasé à Lorient 0-4). On ouvre le robinet à regrets, de Landry Chauvin, l'entraîneur brestois : "J'ai honte. (...)  Si j'avais pu changer les 11 joueurs à la mi-temps, je l'aurais fait. On a été puni, c'est bien fait pour nous. C'est un miracle qu'on ne soit pas relégable ce soir." Brest, dont le point fort était la défense l'an passé, pointe à la 15e place de l'exercice cette année. Et comme le Stade Brestois ne dispose que de la 17e attaque...

18- Sochaux 28 (tenu en échec par Valenciennes 1-1). Et pourtant, cette équipe a battu le PSG voilà un mois. Mais depuis, des défaites contre Evian, Nancy, et Troyes (en coupe) ont assombri le tableau. Sochaux, brillant face aux gros, suffisant face aux sans-grade, n'a jamais dépassé la 14e place cette saison. 

Le Sochalien Jérôme Roussillon est taclé par le défenseur valenciennois Lindsay Rose, lors du match Sochaux-Valenciennes, le 16 mars 2013. 
Le Sochalien Jérôme Roussillon est taclé par le défenseur valenciennois Lindsay Rose, lors du match Sochaux-Valenciennes, le 16 mars 2013.  (SEBASTIEN BOZON / AFP)

19- Troyes 24 (auteur d'un bon nul à Montpellier 1-1). L'entraîneur troyen, Jean-Marc Furlan, regrette la prise de conscience tardive de son équipe, qui a accumulé 14 points depuis le début de 2013 : "C’est un match nul au courage. C’est vrai qu’il nous faut des victoires, mais depuis le 1er janvier, l’équipe a le visage d’une équipe de Ligue 1."

20- Nancy 24. (vainqueur de Nice 1-0). Les Lorrains ont sorti l'uns de leurs meilleurs matchs de la saison : même s'ils conservent le titre peu flatteur de 19e attaque de L1, ils ont inscrit deux buts supplémentaires qui semblaient valables. Quand ça veut pas...

Le compte rendu des matchs sur francetv sport