Ligue 1 : le PSG beaucoup trop fort pour Lyon

Les Parisiens conservent la tête de la L1 et leur avance sur Lille et Monaco.

La joie des joueurs parisiens après leur large victoire 4-0 sur Lyon, le 1er décembre 2013. 
La joie des joueurs parisiens après leur large victoire 4-0 sur Lyon, le 1er décembre 2013.  (FRANCK FIFE / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 15e journée de L1, disputée les 29 et 30 novembre, ainsi que le 1er décembre, résumée en deux phrases, pas toujours sympas.

1- PSG 37 points (a ridiculisé Lyon 4-0). Et pourtant, les Parisiens ont souffert pendant les 30 premières minutes. "Le match d'aujourd'hui a montré tout le respect qu'on a pour l'adversaire, car on a essayé de marquer le 4e, le 5e but", explique le capitaine Thiago Silva sur beIN Sport.

2- Lille 33 (vainqueur de Valenciennes 1-0). En première période, l'ennui. En seconde, des tacles assassins et des coups bas. Entre deux, à la 47e, un but. Vraiment un derby.  "On marque au bon moment, juste après la mi-temps, constate René Girard. L'expulsion de Beria nous pénalise un peu mais cette équipe a montré qu'elle a du caractère. (...) C'est une belle victoire, de celles qui soudent un groupe."

La joie des joueurs de Lille après leur victoire à Valenciennes, le 30 novembre 2013. 
La joie des joueurs de Lille après leur victoire à Valenciennes, le 30 novembre 2013.  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

3- Monaco 32 (vainqueur de Rennes sans forcer 2-0). Éloge de la lenteur et de l'économie de ses forces par Claudio Ranieri, l'entraîneur monégasque. "Avec trois matches en une semaine, c'est important de savoir garder le ballon et ne pas jouer très vite quand on mène 2-0." On l'a bien vu en seconde période, où Monaco a joué au petit trot, une fois le score acquis. 

4- Marseille 27 (vainqueur de Montpellier 2-0). Verre à moitié plein, trois victoires consécutives en championnat. Verre à moitié vide, déplacement chez ces costauds de Lillois dès mercredi. Comme le résume le défenseur Souleymane Camara dans Le Parisien : "à Lille, ce ne sera pas Bienvenue chez les Ch'tis. Mais c'est bien d'aborder ce genre de match avec de la confiance. Après un mois d'octobre catastrophique, on a sorti la tête de l'eau."

5- Saint-Etienne 24 (a pulvérisé Reims 4-0). "C'est un score lourd pour les Rémois", a reconnu Christophe Galtier, l'entraîneur des Verts."Le score est sévère. Nous prenons trois buts sur phase arrêtée en un quart d'heure et encore un but gag en fin de partie", renchérit son homologue rémois Hubert Fournier. 

La joie des joueurs de Saint-Etienne après le but de Loïc Perrin (au centre, le bras levé) contre Reims, le 30 novembre 2013. 
La joie des joueurs de Saint-Etienne après le but de Loïc Perrin (au centre, le bras levé) contre Reims, le 30 novembre 2013.  (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

6- Nantes 23 (battu à Guingamp 0-1). "On a fait le match qu'il fallait, mais malheureusement on a manqué de réalisme devant le but", déplore l'entraîneur nantais Michel Der Zakarian. Pourtant, Nantes a la recette : les Canaris restaient sur trois bons résultats de suite à l'extérieur.

7- Guingamp 22 (vainqueur de Nantes 1-0). Guingamp est candidat au titre de champion de Bretagne, enfin, du Grand Ouest, c'est selon. Ils ont déjà battu Rennes et Lorient sur le même score (2-0), et maintenant Nantes.

8- Bastia 22 (vainqueur d'Evian Thonon Gaillard 2-0). Certes, Mikaël Landreau a égalé le record de Jean-Luc Ettori, avec 602 matchs de L1 au compteur. Mais l'info de la soirée, c'est que Bastia est la meilleure équipe à domicile du championnat à domicile, devant le PSG : 7 matchs, 6 victoires et 1 nul. 

9- Bordeaux 21 (facile vainqueur d'Ajaccio 4-0). Avec 11 points d'avance sur le premier relégable, Bordeaux semble avoir basculé dans la bonne partie de tableau, celle qui se dispute les places européennes.  "On se devait de gagner pour essayer de recoller dans les 7, 8 premiers. On sait qu'il y a une dizaine d'équipes en deux ou trois points, on peut très bien se retrouver 17e", rappelle tout de même Francis Gillot, le coach girondin.

10- Lyon 19 (écrasé 0-4 à Paris)Très en verve, les supporters parisiens ont chanté "Le Lyon est mort ce soir" et "ça sent la Ligue 2" à l'intention des joueurs lyonnais, qui avaient visiblement hâte que ça se termine. 

10- Reims 19 (a coulé à Saint-Etienne 0-4). L'équipe d'Hubert Fournier n'avait connu jusque-là qu'une seule défaite à l'extérieur cette saison, lors de la 1ère journée à Rennes (2-1).

12- Toulouse 19 (a atomisé Sochaux 5-1). Les Violets restaient sur quatre matchs sans victoire, et se sont réveillés de façon spectaculaire. "Nous étions dans une période pas évidente et l'équipe a très bien réagi", se félicite l'entraîneur Alain Casanova.

L\'entraîneur de Toulouse, Alain Casanova, replace ses troupes lors du match contre Sochaux, le 30 novembre 2013. 
L'entraîneur de Toulouse, Alain Casanova, replace ses troupes lors du match contre Sochaux, le 30 novembre 2013.  (PASCAL PAVANI / AFP)

13- Rennes 18 (impuissant à Monaco 0-2)"C'est une défaite logique. On ne les a pas forcés à faire un grand match. On a été trop faible en première mi-temps. On a manqué de tout", reconnaît le gardien breton Benoît Costil.

14- Lorient 17 (vainqueur de Nice 3-0). "Deux victoires successives, ça nous donne un peu d'oxygène. Ce n'est pas un match qui a atteint des sommets, les deux équipes étaient fébriles", estime Christian Gourcuff. Allez lire l'analyse de Claude Puel, son homologue niçois, qui n'a pas vu le même match. Vraiment pas.

15- Nice 17 (battu par Lorient 0-3). Curieusement, Claude Puel, l'entraîneur des Aiglons, est très laudateur pour son équipe. "C'est dur en ce moment pour mon équipe, pour mes joueurs qui font beaucoup de bonnes choses, estime-t-il. On fait de bons matchs dans le contenu. (...) C'est dur pour mes joueurs, mais je les félicite dans ces moments difficiles à produire du contenu. On finira par inverser la tendance."

16- Evian Thonon Gaillard 16 (battu à Bastia 0-2). Ce match ne change pas grand chose au bilan comptable d'Evian. Mais dans le jeu, la première période des Savoyards  à Bastia est jugée prometteuse par l'entraîneur, Pascal Dupraz : "Ce soir tout n'est pas à jeter. Face à Paris nous ferons tout pour résister, et comptez sur nous pour ne rien lâcher. Mettez une pièce sur nous au loto sportif!"

17- Montpellier 15 (battu à Marseille 0-2). Outre la défaite, le président Nicollin vient de saper la confiance dans son entraîneur, Jean Fernandez, qui a n'a remporté que 2 de ses 32 derniers matchs. "Je ne lui en veux pas, c’est un mec bien, mais je pense que j’ai fait une connerie [en l'engageant], estime-t-il dans le Midi Libre. Dès qu’on prend un but, on ne peut plus revenir. J’ai plus le goût."

18- Valenciennes 10 (battu par le voisin lillois 0-1). "Non, on n'a pas perdu toutes nos illusions de maintien", balaye l'entraîneur valenciennois Ariel Jacobs. Pourtant, l'impuissance valenciennoise devant le but malgré 40 minutes passées en supériorité numérique n'incitent pas à l'optimisme. C'est déjà la cinquième défaite de VA à domicile, pire bilan de L1 avec Ajaccio.

19- Ajaccio 8 (écrasé par Bordeaux 0-4). L'art de la litote, par Christian Bracconi, l'entraîneur ajaccien : "en présentant des matches de ce niveau-là, on ne va pas prendre beaucoup de points." Vu la prestation de ses hommes à Bordeaux, on confirme.

20- Sochaux 8 (écrasé à Toulouse 1-5). Lanterne rouge, sept défaites de suite à l'extérieur, sixième match sans victoire pour le nouvel entraîneur Hervé Renard, pire défense du championnat... Que vous faut-il de plus ? "Le classement ne m'intéresse pas aujourd'hui", balaye Hervé Renard, l'entraîneur doubiste.