Cet article date de plus de neuf ans.

Ligue 1: Lyon tombe du podium

Les hommes de Rémi Garde s'inclinent à Reims (0-1) et laissent la troisième marche du podium à Saint-Etienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Le défenseur de Lyon Samuel Umtiti se heurte à la défense rémoise, le 7 avril 2013.  (MAXPPP)

Ce qu'il faut retenir de la 31e journée de Ligue 1, disputée les 5, 6 et 7 avril. Toute l'actualité de votre club, résumée en deux phrases, pas toujours très sympas. 

1- PSG 64 points (vainqueur de Rennes 2-0)"Le titre est plus proche qu'avant, c'est vrai, avec sept points d'avance, même si le Championnat n'est pas fini", veut croire l'entraîneur parisien Carlo Ancelotti. L'équipe B du PSG, avec Camara, Chantôme ou Gameiro titulaire, a décroché la première victoire parisienne au stade de la Route de Lorient depuis 10 ans. 

2- Marseille 57 (vainqueur de Bordeaux 1-0). Certes, l'OM ne marque pas beaucoup et n'a qu'une différence de buts de +4, mais les Olympiens n'ont pris qu'un but lors de leurs cinq derniers matchs. L'entraîneur Elie Baup reste prudent : "On a des confrontations directes avec des équipes qui veulent se qualifier en coupe d'Europe. On fera les comptes à la fin."

3- Saint-Etienne 53 (vainqueur d'Evian 1-0). 16e match sans défaite pour les Verts, et retour sur le podium pour une formation privée durablement de plusieurs de ses meilleurs éléments (Jérémy Clément, blessé, Brandao, suspendu). Comme le dit le capitaine Loïc Perrin : "Les victoires difficiles comme celles-ci sont les plus belles."

4- Lyon 53 (battu à Reims 0-1). Trois défaites consécutives. Cinq matchs sans victoire. 15 points pris en 12 journées sur la phase retour. Lyon est le premier du trio de tête à décrocher, là où beaucoup pensaient Marseille l'équipe la plus faible du podium à la trêve. "Il y a urgence, déclare Rémi Garde, l'entraîneur. Il y a quelque chose qui se casse et je suis assez inquiet."

5- Lille 52 (vainqueur de Lorient 5-0). En prenant 21 points lors des 8 dernières journées, le LOSC conforte son opération remontée. Et pourrait prendre en une demi-saison autant de points que les candidats à la relégation sur l'année entière.

5- Nice 51 (vainqueur à Toulouse 4-3). Un but à la 32e seconde, une série d'invincibilité qui dure depuis 9 matchs à Toulouse, le retour de l'effectif de l'attaquant Dario Cvitanich. Tous les voyants sont au vert pour les Aiglons. "On ne va pas commencer à s'enflammer, nuance Claude Puel, l'entraîneur. Il faudra régler certains problèmes défensifs car cela ne me va pas trop."

7- Montpellier 48 (vainqueur de Valenciennes 3-1). Montpellier conforte son statut de 2e équipe à domicile, avec 10 victoires à la maison. Seul le PSG a fait mieux.

La joie des joueurs de Montpellier, vainqueurs de Valenciennes 3-1, le 6 avril 2013.  (PASCAL GUYOT / AFP)

8- Lorient 44 (écrasé par Lille 0-5). Lorient était l'équipe la plus dangereuse en première période. Ils ont pris 4 buts. Lorient réussissait bien à Lille. Plus maintenant. Lorient s'était retrouvé une défense. Tous leurs efforts sont réduits à néant par cette écrasante défaite.

9- Bordeaux 43 (battu à Marseille 0-1). "quand on marque très peu de buts, il vaut mieux ne pas en encaisser", analyse l'entraîneur Francis Gillot. Une lapalissade ? Pas seulement. Avant-dernière attaque de Ligue 1, Bordeaux a marqué moins d'un but par match. Plus inquiétant, les Girondins n'ont plus marqué deux buts dans un match depuis début février.

10- Rennes 42 (battu par le PSG 0-2). Les Rennais, courageux mais limités, avaient déjà la tête à la finale de la Coupe de la Ligue, le 20 avril prochain. L'entraîneur Frédéric Antonetti ne dit pas autre chose, refusant de parler de la mauvaise passe de son équipe : "Il reste sept matches jusqu'à la fin, on fera les bilans en temps voulu."

11- Toulouse 41 (battu à domicile par Nice 3-4). Pour une fois, on a vu des buts au Stadium. En revanche, pour la victoire, on repassera. Le dernier succès à domicile des Toulousains remonte au 19 janvier. Trois nuls et deux défaites plus tard, Toulouse semble avoir élu domicile pour de bon dans le ventre mou de la L1.

L'attaquant toulousain Wissam Ben Yedder a marqué contre Nice, le 6 avril 2013, mais ça n'a pas suffi à assurer la victoire à son équipe, battue 4-3. (PASCAL PAVANI / AFP)

12- Bastia 39 (vainqueur de Brest 4-0). La bonne forme des Bastiais est incontestablement liée à la forme insolente de Florian Thauvin, seul joueur avec Cristiano Ronaldo à avoir marqué 3 doublés en 2013 dans les grands championnats européens.

13- Valenciennes 36 (battu par Montpellier 1-3). Les statistiques font très peur pour les Valenciennois, qui continuent leur descente aux enfers. Les hommes de Daniel Sanchez, derniers de la phase retour, n'ont marqué que 7 points en 12 rencontres, et ont encaissé 7 buts sur leur deux derniers matchs...

14- Ajaccio 34 (auteur d'un bon nul à Sochaux 0-0). Albert Emon, l'entraîneur corse, résume bien l'ennui ressenti par tous ceux qui ont suivi ce match. "Même si nous n'avons pas assisté à un grand match ce soir, je reste satisfait de la performance réalisée par mon équipe. J'ai des regrets mitigés dans le sens où l'on prend malgré tout un bon point à l'extérieur."

15- Reims 34 (reçoit Lyon dimanche à 17 heures). Troisième victoire consécutive pour un Stade de Reims qui bâtit son opération maintien dans son stade, même contre les gros (PSG, Rennes et maintenant l'OL). La victoire rémoise ne doit rien à la chance : les Champenois ont dominé de la tête et des épaules une équipe lyonnaise passée à côté de son match. 

16- Sochaux 32 (tenu en échec par Ajaccio 0-0). Sochaux termine un match sans avoir encaissé de but. La dernière, c'était contre Troyes, encore un mal-classé. Décidément, le PSG et Lyon réussissent mieux aux Lionceaux. Coup de chance : ils se déplacent à Nice la semaine prochaine.

17- Evian 31 (battu par Saint-Etienne 0-1). La série savoyarde de cinq matchs sans défaite s'est terminée au stade Geoffroy-Guichard, sur un but contre son camp du gardien Laquait. Les Savoyards se retrouvent un point seulement au-dessus de la zone de relégation. "Nous sommes dans une situation délicate, comme c'est le cas depuis la 1re journée, relativise l'entraîneur Pascal Dupraz. Au vu de l'état d'esprit affiché, nous savons, à défaut d'être confiants, que nous allons lutter avec d'autres."

18- Nancy 30 (vainqueur de Troyes 1-0). "Les choses n'ont pas changé, nuance l'entraîneur lorrain Patrick Gabriel, face à l'euphorie ambiante. On est toujours relégables. Le plus dur commence. Il faudra d'autres victoires." C'est pourtant le troisième succès d'affilée pour les Lorrains, et la sixième victoire depuis la prise de fonctions de Patrick Gabriel.

La joie des joueurs de Nancy face à Troyes, le 6 avril 2013.  (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

19- Brest 29 (écrasé à Bastia 0-4). Brest n'a jamais gagné en Corse dans son histoire, et la statistique ne s'est pas améliorée avec ce match. "On fait une bonne première mi-temps, veut croire l'entraîneur intérimaire Corentin Martins. C'est difficile de parler de manque de chance quand on prend 4-0. On a manqué des petites choses. On a vu la différence entre une équipe qui a la confiance et une autre qui doute un peu."

La déception des joueurs de Brest après la défaite 0-4 de son club à Bastia, le 6 avril 2013.  (MAXPPP)

20- Troyes 25 (battu par Nancy 0-1). "Cette défaite nous marque, car ça nous casse la dynamique, peste Jean-Marc Furlan, l'entraîneur troyen. On était trop faibles offensivement ce soir pour remporter le match. Le match nul n'aurait rien changé."

Retrouvez le compte rendu des matchs sur francetv sport

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.