Mercato : David Silva rejoint la Real Sociedad

Pressenti à la Lazio Rome, David Silva a surpris tout son monde en posant un lapin au club de la ville éternel. Finalement, le champion du monde 2010 a décidé de rentrer au pays. Direction l'Espagne donc, et la Real Sociedad, où il a signé pour deux saisons.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
David Silva face à Bournemouth le 15 juillet. (PETER POWELL/NMC/POOL / EPA POOL)

Coup de tonnerre au pays basque espagnol ! La Real Sociedad, club emblématique de San Sebastian, vient d'enrôler un champion du monde 2010, et pas n'importe lequel : David Silva. Un joli coup pour l'ancien club d'Antoine Griezmann, sixième de la dernière Liga et donc qualifié en Ligue Europa. Et surtout une énorme surprise, alors que l'Espagnol était annoncé dans plusieurs écuries, mais pas à la Real.

La Lazio Rome l'attendait

A 34 ans, David Silva était libre de tout contrat après 10 années glorieuses à Manchester City (où une statue à son effigie est en préparation). Encore en jambes, l'ancien joueur de Valence avait déclaré vouloir jouer encore 5 ans. Pour l'instant, il a signé pour deux années à la Real Sociedad, où il devra remplacer Martin Odegaard, rappelé de son prêt par le Real Madrid. 

Depuis plusieurs jours, David Silva était pourtant annoncé avec insistance du côté de la Lazio Rome, où un contrat de trois ans l'attendait. Son père, Fernando, avait même appuyé cette piste : "Il aime beaucoup la Serie A et il est convaincu qu'il peut jouer jusqu'à 40 ans. Je serais très heureux s'il jouait à la Lazio Rome. Personnellement, j'aimerais qu'il reste en Europe mais tant que ce n'est pas fait, rien n'est fait". Egalement pressenti du côté de Valence ou du Betis Séville, Silva a donc opté pour la Real Sociedad qui a régalé la saison dernière avec son jeu offensif. Ce qui pourrait bien avoir convaincu le champion du monde 2010.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liga

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.