Liga : Josep Maria Bartomeu, l'ancien président du FC Barcelone, remis en liberté provisoire après son audition

Au lendemain d'une opération de police au siège du FC Barcelone, Josep Maria Bartomeu, le président qui a démissionné le 27 octobre dernier, a été remis en liberté après avoir été auditionné. Deux dirigeants actuels du club, le directeur général, Oscar Grau, et le directeur juridique, Roman Gomez Ponti, avaient également été interpellés avant d'être relâchés dans la soirée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Josep Maria Bartomeu (FC Barcelone).

C'est la suite judiciaire du "Barçagate". Cette affaire a éclaté il y a un an après une enquête de la radio espagnole Cadena Ser sur une campagne présumée de calomnies contre des figures du Barça (comme la star Lionel Messi ou le défenseur Gerard Piqué) sur les réseaux sociaux, orchestrée par une entreprise travaillant pour le club. La radio avait montré que le club avait versé un million d'euros en six factures distinctes à cette entreprise, I3 Ventures, avec qui le Barça a depuis coupé les ponts. Soit un montant six fois supérieur aux prix du marché, selon la presse.

Le club avait alors catégoriquement démenti toute campagne de diffamation et assuré que cette entreprise avait pour mission de surveiller les réseaux sociaux pour le compte du club. Après des mois de tourment, Josep Maria Bartomeu avait démissionné, conduisant à une nouvelle élection qui se déroulera dans cinq jours.

Lundi, la police régionale catalane des "Mossos d'Esquadra" a perquisitionné le siège du club catalan dans le cadre de cette enquête.

Ce mardi, le tribunal d'instruction 13 de Barcelone a indiqué qu'il a "dans le cadre d'une affaire ouverte en mai 2020 pour délit d'administration déloyale et corruption dans les affaires, (...) recueilli aujourd'hui une déclaration des anciens directeurs du FC Barcelone, Josep M. Bartomeu et Jaume Masferrer. (Ils) ont invoqué leur droit de ne pas témoigner et le magistrat a accepté la mise en liberté provisoire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.