Cet article date de plus d'un an.

Adversaire du LOSC mercredi, Valence arrache le nul sur la pelouse de l'Atlético

C’était le choc du week-end en Espagne. Et s’il a d’abord ressemblé à une promenade de santé pour l’Atlético de Madrid, Valence a finalement haussé son niveau en seconde période pour aller chercher un match nul logique (1-1). Une belle performance pour les Valencians, qui n’aura pas échappé à Lille, futur adversaire de l'équipe espagnole.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)

Adversaire de Lille mercredi en Ligue des Champions, Valence avait l’occasion de se jauger cet après-midi dans un choc digne de la C1 sur la pelouse de l’Atlético de Madrid. D’abord surpassés par les Colchoneros en première période, les Valencians ont haussé leur niveau en seconde pour, à leur tour, fait trembler l’Atlético. Résultat : un match nul qui n’arrange personne, mais qui avertit le LOSC.

Deux équipes aux deux visages

Invaincu à domicile contre Valence depuis sept ans, l’Atlético de Madrid démarre le match avec la ferme intention de le rester. D’autant que les Colchoneros restent sur 4 victoires consécutives dans leur Wanda Metropolitano. D’entrée donc, les coéquipiers de Thomas Lemar - sur le banc - pressent très haut et asphyxient ceux de Kevin Gameiro - lui aussi remplaçant -. Si Valence répond par une agressivité bien placée, l’Atlético se procure toutes les occasions de ce premier acte et n’est que peu inquiété, voire pas du tout. Mais ni Saul (17e), ni Morata (20e) ni Joao Felix (32e) ne trouvent la faille. C’est finalement une main de Cheryshev à l’extrême limite de la surface qui, après intervention du VAR, offre à Diego Costa l’ouverture du score sur penalty (36e).

Alors qu’on croit le match aux mains des hommes de Diego Simeone, Valence revient sur la pelouse le couteau entre les dents. Plus haut sur le terrain, les Murcielagos renversent totalement le rapport de force. Sur un centre en retrait de Maxi Gomez, Cheryshev touche la barre (52e), avant que le rythme du match ne retombe. Peu à peu, Valence prend confiance. Inoffensif, l’Atlético voit Arias, trop hésitant, gaspiller une de ses rares opportunités à la 77e. Trop tard.

Dans la foulée, Daniel Parejo dépose un magnifique coup franc dans la lucarne d’Oblak (1-1, 81e). Trois minutes plus tard, le gardien madrilène s’étend pour sortir une frappe tendue du même Parejo. Le chaos plane au dessus du Wanda Metropolitano, mais aucune équipe ne tue le match. L’exclusion du sud-coréen de Valence, Kang-Hin Lee, n’y change rien. Grâce à ce nul, Valence met un terme la série de quatre victoires à domicile pour l’Atlético et fait presque le plein de confiance, avant d’affronter Lille, mercredi soir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liga

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.