Cet article date de plus de sept ans.

Les Pays-Bas favoris de leur quart de finale contre le Costa Rica

Le quart de finale entre les Pays-Bas et le Costa Rica se jouera le 5 juillet prochain à Salvador. Face à des Oranje clairement favoris, les Costaricains tenteront de réaliser l'exploit de se qualifier pour les demi-finales.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Les Pays-Bas de Sneijder affronteront le Costa Rica de Campbell le 5 juillet. © Maxppp)

Comme pour Brésil-Colombie, c'est un quart de finale inédit qui opposera, le 5 juillet prochain à Salvador, les Pays-Bas au Costa Rica. Après leur victoire 2-1 sur le fil face au Mexique, les Oranje vont évidemment vouloir se rassurer face à la surprise de cette Coupe du Monde, le Costa Rica, qui est lui difficilement venu à bout de la Grèce lors des tirs au but (1-1, 5-3, tab) dimanche soir. Les Néerlandais partent évidemment favoris.

Les plus des Pays-Bas.- Robben évidemment est l'atout maître de cette équipe batave. Contre le Mexique, c'est lui qui est à l'origine de l'égalisation. C'est lui encore qui provoque et obtient le pénalty qui qualifie son équipe dans le temps additionnel. Sa vitesse, sa précision, son altruisme sont autant de qualités qui devraient permettre aux Pays-Bas de dominer cette rencontre. D'autant que les Oranje sont invaincus depuis leur entrée dans la compétition. Ils ont survolé leur phase de poule en dominant tour à tour l'Espagne (5-1), l'Australie (3-2) et le Chili (2-0). Après avoir défait le Mexique, ils croqueraient bien une autre équipe pour se hisser aisément en demi-finale contre le Brésil ou la Colombie.

Les moins du Pays-Bas.- La défense batave n'est pas encore en place. Certes, quatre buts en quatre rencontres, ce n'est pas une statistique effroyable, mais tout de même. Pour une équipe qui évolue selon un schéma assez défensif (3-4-1-2), ce n'est pas très rassurant. Autre inquiétude, les grandes difficultés qu'ont eues Sneijder et Van Persie à exister à la pointe de l'attaque batave. Quasi invisibles tous les deux, le premier s'est finalement réveillé pour offrir une égalisation sur le fil du rasoir face aux Mexicains.

Les plus du Costa Rica.- Indéniablement, le Costa Rica a des atouts. Alors que tout le monde voyait l'équipe éliminée dès le premier tour, les joueurs de Jorge Luis Pinto ont créé la surprise en terminant premier du groupe de la mort devant l'Uruguay, l'Italie et l'Angleterre. Tout cela en encaissant un seul but en trois rencontres. En se qualifiant pour la première fois de son histoire pour un quart de finale de la Coupe du Monde, les Costaricains seront sans doute galvanisés par l'enjeu. Est-ce que cela suffira ?

Les moins du Costa Rica.- L'équipe s'est fait peur face à la Grèce. Si elle semblait avoir fait le plus dur en ouvrant la marque, elle s'est faite surprendre dans les arrêts de jeu. Une égalisation hellène qui l'a contraint à 30 minutes de jeu supplémentaires en infériorité numérique après l'expulsion de Duarte à la 66e. Cette heure de jeu les a considérablement éprouvés et devrait laisser des traces samedi prochain face aux Pays-Bas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.