Ligue des champions : le PSG arrache le match nul 2-2 face à Barcelone

Le club parisien a tenu tête à l'ogre espagnol mardi soir, avec deux buts inscrits dans les dernières minutes. Le match retour s'annonce ouvert.

Après avoir éliminé le Parisien Sirigu, ici à terre, le Barcelonais Lionel Messi a inscrit le premier but du match PSG-Barcelone, en quart de finale aller de la Ligue des Champions, le 2 avril 2012 à Paris.
Après avoir éliminé le Parisien Sirigu, ici à terre, le Barcelonais Lionel Messi a inscrit le premier but du match PSG-Barcelone, en quart de finale aller de la Ligue des Champions, le 2 avril 2012 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

"On a fait plaisir au peuple français." Sur Canal +, Blaise Matuidi, le milieu de terrain du PSG, veut croire à l'exploit. Car son équipe méritait mieux. Les hommes de Carlo Ancelotti ont tout de même arraché le match nul 2-2 face au FC Barcelone, en quart de finale aller de la Ligue des champions, au Parc des Princes, mardi 2 avril. 

Le PSG a résisté

Face à un adversaire largement supérieur, le PSG n'a pas perdu. C'est déjà beaucoup mieux que ce qu'on pouvait attendre. Les Parisiens ont entamé le match de la meilleure des manières en se créant de nombreuses occasions, une frappe de Lavezzi trouvant même le poteau dès la 6e minute. Petit à petit, les Barcelonais sont rentrés dans la partie. Et fatalement, Lionel Messi a ouvert le score sur la première erreur parisienne, bien aidé par une passe lumineuse de Daniel Alves. A ce moment du match, on ne donnait pas cher des chances parisiennes. Une fin de match échevelée, avec des buts d'Ibrahimovic pour le PSG, puis Xavi qui redonne l'avantage au Barça, avant l'égalisation arrachée par Blaise Matuidi à la dernière seconde, redonne un mince espoir aux Parisiens. "On aurait mérité les trois points", a même déclaré Nasser Al-Khelaïfi, le président du club parisien, dans un lapsus révélateur.

Dans le jeu, le PSG n'a pas à rougir

Le PSG a aligné une équipe offensive d'entrée de jeu, quand beaucoup d'équipes auraient cherché à défendre. Les Parisiens ont parfaitement réussi la première demi-heure, en muselant parfaitement le Barça, qu'on avait rarement vu autant en difficulté dans la relance. Ce plan de jeu idéal a été anéanti par l'ouverture du score. Même si la partie s'est achevée sur un nul, le PSG a quand même grandement compromis ses chances de qualification en encaissant deux buts à domicile. Mais a sauvé son honneur et son invincibilité à domicile en Coupe d'Europe (25 matchs désormais), ce qui n'est déjà pas mal.

"En vingt mois de travail, on rivalise avec le Barça, qui a vingt ans de travail derrière lui", s'enthousiasme Leonardo, le directeur sportif du club parisien, sur RMC. Une impression positive contredite par Carlo Ancelotti : "ce n'est pas un bon résultat."

Efficacité maximale pour le Barça

Le sort du match retour se jouera en partie à l'infirmerie du Barça. Lionel Messi, blessé, et sorti à la pause, sera-t-il apte pour ce match ? Sans son attaquant, le FC Barcelone a bafouillé son football. Son remplaçant, Cesc Fabregas, n'a pas beaucoup pesé sur le jeu. Le penalty obtenu par les Blaugrana est très chanceux, mais les maintient dans une position très favorable pour le match retour. Le défenseur central Javier Mascherano sera sans doute également absent. Mais que peut craindre une équipe qui a surmonté un handicap de 2-0 contre le Milan AC au tour précédent ? D'autant plus que le meilleur Parisien, Blaise Matuidi, sera suspendu au match retour...

Le PSG devra sortir un match tout aussi solide lors du retour programmé le 10 avril à Barcelone. Si les Espagnols sont mieux placés pour se qualifier pour la suite de la compétition, un mince espoir de renverser l'ogre catalan subsiste dans les rangs français.