Le président du RC Lens, Gervais Martel, mis en examen

Le responsable du club nordiste est soupçonné de corruption et d'abus de biens sociaux, après avoir reçu un prêt de 4 millions d'euros de la part d'entreprises de construction de la région.

Le président du RC Lens, Gervais Martel, le 2 juillet 2010 à Paris.
Le président du RC Lens, Gervais Martel, le 2 juillet 2010 à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le président du RC Lens, Gervais Martel, a été mis en examen mardi 23 janvier pour "corruption privée et recel d'abus de biens sociaux", a indiqué l'intéressé à sa sortie du bureau du juge. Il a été laissé libre sans contrôle judiciaire.

Un prêt à utiliser pour moitié à des fins personnelles

L'enquête a été ouverte à l'été 2011, à la suite du signalement par le Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin, l'organisme du ministère des finances français chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent) de versements de fonds d'un montant total de 4 millions d'euros sur le compte personnel de Gervais Martel, par les entreprises DTP Ramery et Rabot Dutilleul.

Au cours des investigations et des perquisitions menées par la police judiciaire de Lille, plusieurs éléments à charge ont été découverts. Parmi eux, un contrat de prêt établi entre Gervais Martel et les deux sociétés de BTP. Le document indiquait clairement que les fonds prêtés pouvaient, à hauteur de 50 %, être utilisés à des fins personnelles. Le reste était destiné à conforter sa position d'actionnaire dans la holding de contrôle du RC Lens.

Echange de bons procédés ?

Parallèlement à cela, les policiers ont découvert un engagement écrit de Gervais Martel. En tant que président du RC Lens, il a confié les travaux de rénovation du stade Bollaert aux sociétés Rabot Dutilleul et DTP Ramery. Les enquêteurs cherchent à déterminer s'il existe un lien entre ce prêt et leur désignation pour la rénovation du stade Bollaert.

"Le prêt a été consenti à monsieur Martel après que celui-ci a contracté d'importantes dettes", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. Cette dernière ajoute que le président du RC Lens a tenté d'obtenir un prêt bancaire, qui lui aurait été refusé. "Il s'est alors tourné vers certaines de ses relations d'affaires, les entreprises Rabot Dutilleul et DTP Ramery", ajoute la même source. Il leur aurait promis la rénovation du stade en échange de leur aide financière.

"Une affaire privée", selon Gervais Martel

Dans un communiqué publié lundi 23 janvier, l'entreprise Rabot Dutilleul "évoque un prêt personnel consenti en juin 2010 à des conditions habituelles", rapporte La Voix du Nord. Ramery affirme quant à elle que le prêt "a été fait dans le respect de l'intérêt social du groupe et mentionné en toute transparence dans [ses] comptes, conformément à la législation".

Le journal indique qu'après sa première audition, le 17 novembre, Gervais Martel évoquait "une affaire privée qui n'a rien à voir avec (...) le RC Lens, mais qui concerne [son] patrimoine".