Le Portugal à l'Euro 2012 : joue-la comme Cristiano

De la difficulté d'avoir un des tout meilleurs joueurs du monde, dans une équipe pour le moins limitée...

Cristiano Ronaldo dans la sobriété à son arrivée à l\'aéroport de Lisbonne, le 4 juin 2012. 
Cristiano Ronaldo dans la sobriété à son arrivée à l'aéroport de Lisbonne, le 4 juin 2012.  (PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)

L’anecdote qui fait tache. Un des avant-centres de l’équipe, Helder Postiga, s’est compromis dans une pub pour le nouveau sandwich McLusitano.

Le joueur que vous avez une chance de connaître 
Cristiano Ronaldo. Le transfert le plus cher du monde de l’ego le plus surdimensionné du monde, l’homme qui affirme qu'il fait 1000 pompes par jour. A se demander, comme le fait le site Les3Points, si la croix sur le maillot du Portugal est pour rappeler les racines chrétiennes du pays ou le rôle de messie de Ronaldo.

Leur tactique.
 Poussive. Cristiano Ronaldo veut tout faire dans cette équipe, ou en tout cas ses coéquipiers le croient. Résultat, une qualification laborieuse dans un groupe dominé par le Danemark, et des matchs amicaux lénifiants, comme celui contre la Macédoine (0-0).

Le coin des pronostiqueurs. Ça fait deux fois que les Portugais tombent dans le groupe de la mort. Au Mondial 2010, ils avaient dû se coltiner le Brésil et la Côte d’Ivoire (la Corée du Nord n’avait opposé qu’une résistance symbolique). Cette fois, ils héritent des Pays-Bas et de l'Allemagne, avec le Danemark dans le rôle (supposé) de la Corée du Nord. Leur Euro sera jugé réussi s'ils passent le premier tour.

Le coin des supporters. 
“Nous ne demandons pas à Cristiano de résoudre tous les problèmes de l’équipe nationale", a déclaré le sélectionneur à So Foot. Malheureusement, les supporters portugais, si.

Dans le même groupe
- la fiche des Pays-Bas
- la fiche du Danemark
- la fiche de l'Allemagne