Affaire de la "sextape" : "Si j'avais su que Benzema était dans cette affaire, je n'aurais jamais porté plainte", confesse Mathieu Valbuena

Lors du premier jour du procès de l'affaire de la "sextape", l'ancien milieu de l'équipe de France est revenu mercredi sur la conversation qu'il avait eue avec Karim Benzema le 6 octobre 2015 à Clairefontaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Karim Benzema et Mathieu Valbuena à l'entraînement le 11 juillet 2014 lors du Mondial au Brésil. (FRANCK FIFE / AFP)

C'était un point central dans l'histoire qui a ébranlé sa carrière en équipe de France et celle de Karim Benzema. Mathieu Valbuena est revenu mercredi 20 octobre, dès le premier jour du procès de l'affaire de la "sextape", sur la discussion tenue avec son ex-coéquipier lors de son dernier rassemblement avec les Bleus à Clairefontaine, le 6 octobre 2015.

"Quand il me dit qu’il veut me parler, je ne pense pas qu’il va me parler de ça. Quand j’ai eu cette conversation, je suis sorti de cette chambre, j’étais choqué. J’ai senti qu’il voulait avec insistance me faire rencontrer une personne qui devait faire l’intermédiaire, sa personne de confiance (Karim Zenati, ami de Benzema). Il était très insistant", a expliqué Mathieu Valbuena au tribunal correctionnel de Versailles.

Benzema risque 5 ans de prison

Cinq jours après cet échange, les deux hommes avaient été bannis de la sélection nationale. Si Benzema a signé son retour en mai dernier, Valbuena, lui, n'est jamais revenu en équipe de France. Et c'est justement cette conversation qui vaut à Benzema d'être jugé, malgré son absence, pour complicité de tentative de chantage autour d'une vidéo intime.

"J'étais beaucoup plus proche de certains joueurs, mais j'avais pas non plus une mauvaise relation avec lui".

Mathieu Valbuena

au procès de l'affaire de la "sextape"

Son coéquipier en sélection n'était pas agressif et n'a pas fait mention d'argent, a reconnu la victime présumée, qui a cependant ajouté que "quand on règle un problème comme ça [...] ce n'est pas pour un échange de places de football". Déçu par l'absence de Benzema au procès, ce dernier a donné plus d'informations sur la nature de sa relation avec l'actuel attaquant du Real Madrid.

"J'étais beaucoup plus proche de certains joueurs, mais j'avais pas non plus une mauvaise relation avec lui. En dehors du football, dans la vie privée, on ne s'est jamais vus. On était coéquipiers en équipe de France, c'est le Graal pour les footballeurs, je n'aurais jamais pensé qu'on aurait pu en arriver là. Si j'avais su que Benzema était dans cette affaire, je n'aurais jamais porté plainte. Je suis une victime, ça a été très dur d'entendre ce qu'a pu dire Karim", a-t-il poursuivi.

Karim Benzema, qui est représenté par Me Antoine Vey, n'est pas présent à l'audience, son avocat ayant avancé des motifs "professionnels". Il risque jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende pour avoir joué le rôle d'intermédiaire pour les maîtres-chanteurs présumés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Karim Benzema

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.