Cet article date de plus de trois ans.

Incidents lors du match Bastia-Lyon : "C'est le club de Bastia qui est responsable de ce qui s'est passé"

Invité de franceinfo, lundi, le directeur général de la Ligue de football professionnel, Didier Quillot, indique que "c'est le club de Bastia qui est responsable" de la prise à partie de certains joueurs de l'Olympique lyonnais lors du match Bastia-Lyon.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Échauffourées lors du match de football opposant les Corses aux Lyonnais à Bastia, le 16 avril 2017. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Le match de Ligue 1 Bastia-Lyon a été interrompu dimanche 16 avril après les incidents qui ont émaillé la rencontre. Les joueurs lyonnais ont été victimes d'échauffourées avant la rencontre et à la mi-temps. La Ligue de football doit réunir la commission de discipline jeudi pour déterminer les sanctions à l'encontre du club.

"C'est le club de Bastia qui est responsable de ce qui s'est passé", a réagi lundi sur franceinfo Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel. "C'est le club qui organise la rencontre qui est responsable de la sécurité de tous dans son stade. Manifestement le club a failli. On ne vient pas dans un stade pour mettre en danger l'intégrité physique des acteurs du foot."

franceinfo : Fallait-il jouer ce match ?

Didier Quillot : Il y a eu une réunion de crise avec le délégué de la Ligue, l'arbitre, le préfet de Corse, le directeur délégué à la sécurité publique, les présidents des deux clubs et les capitaines des deux équipes. Ils ont pris leurs responsabilités. Le préfet, en accord avec tout le monde, a souhaité que la rencontre puisse démarrer pour garantir le maintien de l'ordre public. La condition fixée était qu'au premier incident le match soit définitivement arrêté. Au premier incident le match n'a pas repris. L'ensemble des acteurs ont fait ce qu'ils ont pensé devoir faire en conscience avant le match. Je veux saluer le courage de l'arbitre, car c'est lui qui a décidé de ne pas reprendre le match à la mi-temps.

Pourquoi cette tribune de Furiani, qui a été fermée à plusieurs reprises, existe-t-elle encore ? La Ligue peut-elle faire disparaitre cette tribune ?

Cette tribune venait d'être fermée pour cinq matchs. On a le droit de faire fermer la tribune. On va finir la saison.

C'est la commission de discipline qui dira dans quelle condition le club de Bastia fait ses deux derniers matchs. Je ne vais pas faire de pronostics.

Didier Quillot

à franceinfo

On ne peut pas continuer à jouer dans ce stade où la sécurité des acteurs n'est pas garantie.

Au-delà du seul club, tout le monde sera sanctionné, joueurs, spectateurs ?

Tout le monde est pris en otage par une bande de fauteurs de troubles qui font beaucoup de tort à leurs joueurs, leur équipe, leurs spectateurs et plus généralement à l'image du football. Mais en matière de sécurité, c'est tolérance zéro.

Je le répète, c'est au club de prendre des décisions qu'il faut pour que cela ne se reproduise plus, et on va l'aider.

Didier Quillot

à franceinfo

Le procureur a ouvert une enquête en flagrance qui lui donne la possibilité d'interpeller les fauteurs de troubles et de les interdire de stade a minima. Le procureur peut, sur la base des vidéos, interpeller les fauteurs de troubles et les interdire de stade. Je n'ai aucun doute en ce qui concerne la commission de discipline qui a su prendre la mesure de la gravité des évènements.

Didier Quillot : "En matière de sécurité, c'est tolérance zéro."
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.