Drame de Furiani : plus aucun match de football ne sera joué les samedis 5 mai

La catastrophe, qui a fait 18 morts et 2 357 blessés, a été reconnue comme drame national par le ministère des Sports, mercredi.

Des supporters tiennent une banderole sur laquelle est écrit : \"Pas de match le 5 mai pour Furiani\", le 4 mai 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Des supporters tiennent une banderole sur laquelle est écrit : "Pas de match le 5 mai pour Furiani", le 4 mai 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (GERARD JULIEN / AFP)

Le 5 mai 1992, lors de la demi-finale de la Coupe de France entre Bastia et l'OM, l'effondrement d'une tribune du stade Armand-Cesari a provoqué la mort de 18 personnes et blessé 2 357 personnes. Le ministère des Sports a décrété, mercredi 22 juillet, cette catastrophe "drame national", vingt-trois ans après. Dans le même temps, le ministère a annoncé qu'aucun match de football ne serait disputé en France les 5 mai quand cette date tombe un samedi.

Dans les faits, l'absence de match le 5 mai sera rare puisque sur les 20 prochaines années, cette date tombe un samedi à trois reprises seulement, en 2018, 2029 et 2035. "Chaque année, le 5 mai, un hommage sera rendu par l'ensemble des clubs de football sur tout le territoire national (minute de silence ou d'applaudissement, port d'un brassard, lecture d'un message, etc.)", détaille un communiqué mis en ligne sur L'Equipe.

Une plaque commémorative dévoilée le 5 mai 2016

Le 5 mai 2016, "une plaque commémorative à la mémoire des victimes de ce drame sera dévoilée dans les locaux du ministère des Sports" et "une cérémonie annuelle sera organisée", ajoute le texte. La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem sera également saisie dans l'idée de "promouvoir annuellement, au sein des établissements scolaires, les valeurs du sport au travers d'actions spécifiques durant la semaine du 5 mai".

Enfin, le ministère des Sports réfléchit à "la création d'un prix annuel, dédié à la promotion des valeurs éthiques et citoyennes du sport qui sera remis lors de cette semaine". L'association corse "le Collectif du 5 mai" et le SC Bastia réclament depuis plusieurs mois qu'aucun match ne soit joué les 5 mai, quel que soit le jour de la semaine à laquelle tombe cette date.