France-Honduras (3-0) : que retenir du match des Bleus ?

L'équipe de France de football s'est imposée dimanche soir pour son entrée dans le Mondial, face au Honduras (3-0). Les Bleus ont tranquillement déroulé après l'expulsion de Palacios, qui a provoqué un penalty. Un scénario parfait, un début de compétition idéal mais au-delà, que retenir de ce match ? Réponse en plusieurs points.

(Les Bleus ont de quoi être satisfaits ce dimanche © Reuters/Marko Djurica)

La leçon du match : les Bleus ont entamé de la meilleure des façons leur aventure dans le Mondial brésilien, en écartant l'adversaire le plus faible du groupe E. L'équipe de France a d'ores et déjà éloigné le spectre des trois Coupes du Monde précédentes, lors desquelles ils ne s'étaient pas imposés lors du match d'ouverture. L'essentiel est donc acquis, en attendant d'affronter les Suisses vendredi prochain. Mais attention, au vu du match, le Honduras est l'équipe la plus faible du Mondial, de ce que nous avons vu pour l'instant. Et la supériorité numérique des Bleus dès la 45e minute, après l'expulsion de Wilson Palacios, leur a grandement facilité la tâche.

L'homme du match : Karim Benzema. Sans contestation possible. À quelques centimètres près, si le deuxième but lui avait été accordé, il aurait inscrit un triplé pour ses débuts en Coupe du Monde. L'attaquant du Real Madrid a confirmé sa bonne forme actuelle, après des soucis pré-Mondial aux adducteurs. Deux buts dont une frappe de mule sous la transversale, de bons appels et une grosse activité : les Bleus disposent d'un buteur d'exception, une nécessité à l'heure d'aborder une grande compétition. L'ancien Lyonnais rejoint Neymar, van Persie et Robben en tête du classement des buteurs. Un sacré club fermé.

Les ajustements : pour une entrée en matière, c'était une bonne entrée en matière. Peu inquiétée, la défense des Bleus a été sereine, face à des Honduriens plutôt inoffensifs. Donc, s'il faut chercher des ajustements, c'est plutôt devant, notamment au niveau des frappes aux buts, peu nombreuses ; les Bleus se compliquent la vie par moments. Et que dire de ces combinaisons en corners qui n'ont jamais rien donné... Didier Deschamps sait sur quoi insister lors des prochains entraînements.

La bonne nouvelle : la forme étincelante de Karim Benzema, double buteur et demi (sa reprise de volée sur le poteau a été prolongée dans son propre but par le gardien hondurien). Avec un Olivier Giroud sur le banc, capable d'apporter son physique et sa précision, les Bleus sont d'attaque.

Les moins :  la maîtrise des nerfs. Pendant les 40 premières minutes, les Bleus ont largement dominé le Honduras. Mais on les a sentis fébriles par moments, comme lors du "pétage de plombs" de Paul Pogba qui aurait pu lui valoir un carton rouge (s'étant fait marcher dessus, il a donné un coup de pied à son adversaire). Les Honduriens ont tenté de muscler le jeu, et les Français ont récolté trois cartons jaunes (Cabaye, Evra, Pogba). Avertissement sans frais.

Le prochain match : contre la Suisse, vendredi prochain. Ce sera le match des favoris dans ce groupe E. La Suisse qui s'est imposée in extremis (2-1) ce dimanche face à une bonne équipe d'Équateur. Un vrai test pour les Bleus, qui va nécessiter une redescente très rapide après la belle victoire de ce dimanche. Le vainqueur de ce match sera qualifié pour les huitièmes de finale, cela vaut le coup.