Football : les coups de sang de Zlatan Ibrahimovic sous le maillot du PSG

L'avant-centre du PSG risque d'être suspendu après avoir estimé, dimanche 15 mars, que la France, "ce pays de merde", ne méritait pas le PSG. Mais ce n'est pas son premier écart verbal depuis son arrivée dans le championnat français.

Zlatan Ibrahimovic célèbre son but pour le PSG, à Bordeaux, le 15 mars 2015.
Zlatan Ibrahimovic célèbre son but pour le PSG, à Bordeaux, le 15 mars 2015. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Zlatan Ibrahimovic a encore frappé. Dépité par la défaite du PSG à Bordeaux (3-2) dimanche 15 mars, l'avant-centre suédois s'est emporté dans les couloirs du stade Chaban-Delmas. "En quinze ans, je n'ai jamais vu un tel arbitre. Dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite pas le PSG", lâche le joueur, devant les caméras de la chaîne Infosport+.

Zlatan Ibrahimovic à l\'issue du match de Ligue 1 Paris-Bordeaux, le 15 mars 2015.
Zlatan Ibrahimovic à l'issue du match de Ligue 1 Paris-Bordeaux, le 15 mars 2015. (INFOSPORT+)
 

Cette sortie n'est pas passée inaperçue. Apostrophé sur Twitter par le ministre des Sports, Ibra s'est finalement excusé dans la soirée pour cette déclaration qui pourrait lui valoir quelques matchs de suspension. Ce n'est pas la première fois que le joueur défraie la chronique depuis son arrivée en France en 2012. 

"Je ne connais pas beaucoup la Ligue 1, mais la Ligue 1 sait qui je suis"

C'est l'une des premières phrases que prononce Zlatan à son arrivée au PSG, à l'été 2012. Après un passage au FC Barcelone et un tour des plus grands clubs italiens (Juventus Turin, Inter de Milan, AC Milan), le Suédois débarque dans un club et un championnat moins cotés. Et il ne manque pas de le souligner.

"Même mes enfants jouent mieux que vous" 

24 novembre 2012, 17h45. Dans les vestiaires du Parc des Princes, Ibrahimovic est en colère. A la mi-temps, le PSG ne mène que 1 à 0 contre la modeste équipe de Troyes. "Même mes enfants jouent mieux que vous", lance-t-il à ses coéquipiers, selon L'Equipe. Les Parisiens l'emporteront finalement 4-0, avec deux buts d'Ibra. D'après Le Parisien, le Suédois finit par s'excuser : "Si je suis allé trop loin, j'en suis désolé", lâche-t-il.

"Peut-être qu'ils avaient l'habitude de manger du caviar avant que nous venions"

C'est un argument qui revient régulièrement dans sa bouche, à chaque fois que le public parisien s'agace des performances de l'équipe. Les fans du PSG auraient la mémoire courte et feraient mieux de se rappeler les piteux résultats du club avant l'arrivée des Qataris. "Nous gagnons, nous perdons et ils sifflent. Peut-être qu'ils avaient l'habitude de manger du caviar avant que nous venions", ironise-t-il après la petite victoire contre Rennes (1-0), le 30 janvier.

Un argument déjà servi en mars 2013. Le public "est très exigeant. Ce qui est étrange au regard de ce qu’il avait par le passé. Parce qu’avant, il n’avait rien", balance Ibra après un PSG-Nancy (2-1).

 "Nous avons joué avec cinq défenseurs. Il y avait nos quatre et Gignac en plus"

Les adversaires du PSG ne sont pas non plus épargnés par les saillies verbales d'Ibrahimovic. En mars 2014, après le choc du championnat contre l'Olympique de Marseille (2-0 pour le PSG), il se paye l'avant-centre adverse, André-Pierre Gignac, en conférence de presse. "Aujourd’hui, nous avons joué avec cinq défenseurs. Il y avait nos quatre et Gignac en plus. Avec tout le respect que j’ai pour lui, il n’a joué que dos à nos buts pendant tout le match", tacle le joueur, selon Sports.fr.

"J'avais l'impression d'avoir un groupe de bébés autour de moi"

Expulsé sévèrement du 8e de finale de la Ligue des champions contre Chelsea, Zlatan se venge après le match en fustigeant l'attitude des joueurs londoniens après sa faute. "Le pire, c'est après, quand j'ai vu tous les joueurs de Chelsea m'entourer. J'avais l'impression d'avoir un groupe de bébés autour de moi", lâche-t-il.