Football : le Conseil d'Etat maintient trois montées et trois descentes

La Ligue de football professionnel demandait la suspension en urgence de la décision du comité exécutif de la FFF annulant le principe de deux relégations et promotions entre les deux premières divisions. Une demande rejetée pour défaut d’urgence.

(Pour Frédéric Thiriez, président de la Ligue, "ce n'est que partie remise" © REUTERS / Benoit Tessier)

Le juge des référés du Conseil d’État a rejeté la requête de la Ligue de football professionnel (LFP) et de 18 clubs de L1 pour défaut d’urgence, indiquant que la décision de Fédération Française de Football ne produira ses effets qu’à l’issue de la saison 2015-2016.

La LFP et les clubs réclamaient la suspension en urgence d’une décision de la Fédération Française de Football, consistant à annuler la réforme votée par la LFP, qui devait faire passer de trois à deux le nombre de clubs pouvant être promus ou relégués entre les deux premières divisions.

Le juge des référés a également indiqué que “les requérants n’apportaient aucun élément concret pour démontrer que cette décision risquait, dans l’intervalle, d’affecter gravement la situation des clubs et de désorganiser les championnats déjà en cours” .

De son côté, le président de la Ligue de football professionnel estime que "ce n'est que partie remise". "C'est dommage car l'incertitude demeure. L'affaire sera donc jugée plus tard sur le fond", a-t-il affirmé. La décision en référé n'est en effet qu'une première étape : si aucune partie ne se désiste, un jugement sur le fond sera rendu par le Conseil d’État. D'ici là, “la règle reste donc, à ce jour, que trois clubs sont susceptibles de monter et de descendre d’une ligue à l’autre” indique le communiqué.

A lire aussi ►►► Rififi dans le football : 18 clubs démissionnent de l'UCPF