Bixente Lizarazu : "L'équipe de France aura envie d'une revanche" face au Portugal

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.

L'équipe de France de football se déplace samedi soir à Lisbonne (20h45) pour affronter le Portugal dans une rencontre décisive en Ligue des nations.

L'équipe de France de football retrouve le terrain samedi 14 novembre, trois jours après un résultat assez piteux à domicile contre la Finlande (2-0). Le match de samedi soir à Lisbonne face au Portugal compte pour la Ligue des nations et il fait figure de finale du groupe : le vainqueur, s'il y en a un, se qualifiera pour la phase finale de la compétition prévue en octobre 2021. "C'est difficile d'être toujours à 100%", confie sur franceinfo Bixente Lizarazu, consultant football pour Radio France. Ce match face au Portugal est "un très bon test" pour les Bleus : "Je pense qu'on va avoir une équipe de France très mobilisée, qui aura envie d'une revanche, face à un adversaire redoutable qui a aussi beaucoup d'ambition pour le Championnat d'Europe."

franceinfo : Depuis mercredi, pensez-vous que les Bleus ont digéré leur contreperformance face à la Finlande – et est-ce que vous, personnellement, vous l'avez digéré ?

Bixente Lizarazu : Je l'ai digérée parce que ça arrive. Ça arrive surtout dans une saison comme celle là, compliquée, avec un calendrier hyper chargé, concentré, des joueurs qui sont hyper sollicités, qui sont beaucoup blessés en ce moment. Avec le Covid-19, la gestion physique n'est pas évidente. J'ai vu une équipe de France que j'ai trouvée affaiblie physiquement. Après, il y a eu beaucoup de rotation, donc c'était difficile de trouver les automatismes. Ce ne sont pas les seuls à avoir fait un mauvais match.

Didier Deschamps, après la rencontre, a dit : "On a pris une belle gifle". Est ce qu'il faut aussi parfois en prendre, des gifles sans trop de conséquences, pour se remettre un peu en question ?

Il vaut mieux prendre des gifles sur des matchs amicaux qu'en Coupe du monde. Il vaut mieux que ça arrive maintenant.

C'est vrai que c'est face à la Finlande, c'était surprenant parce que se faire battre par la Finlande quand on est champion du monde, ça ne fait pas très sérieux.

Bixente Lizarazu

à franceinfo

Il y a des joueurs qui n'ont pas trop l'habitude de jouer qui n'ont pas marqué des points, très clairement. Et ça, c'était étonnant parce que ceux qui ont peu de temps de jeu, il faut qu'ils montrent quelque chose sur chaque match amical et ça n'a pas été le cas.

Il faut se remettre en question d'autant plus qu'on a un statut de champion du monde en titre. Ce sont des choses que vous avez vécu ?

Oui, mais ce n'est pas facile parce que c'est lors de chaque match qu'il faut essayer d'être performant. Et puis, on est le champion du monde, donc on est l'équipe à battre, on est attendus, et quand on est dans un mauvais jour, quand on est moins mobilisés... C'est humain. Ça nous est arrivé aussi de rater des matches en équipe de France [Bixente Lizarazu compte 97 sélections entre 1992 et 2004]. C'est difficile d'être toujours à 100%.

Wissam Ben Yedder, positif au Covid-19, a du quitter le groupe, c'est une mauvaise nouvelle. A-t-on de la ressource, quoiqu'il arrive ?

On a de la ressource. Après, si on doit parler du match face au Portugal, normalement, Didier Deschamps va aligner une équipe type. Donc on va retrouver en attaque Olivier Giroud avec Antoine Griezmann. Moi, ce qui m'inquiète à l'heure actuelle en équipe de France, c'est la forme du moment d'un joueur comme Paul Pogba, par exemple, ou comme Antoine Griezmann. Pogba, plus pour des raisons physiques et Griezmann plus pour des raisons mentales, sont vraiment deux joueurs très importants selon moi, malgré leurs difficultés en club.

Paul Pogba, vous le dites en méforme, il est souvent remplaçant avec Manchester United. Il a fait un mauvais match mercredi soir. Il a même semblé un peu perdu. Le sélectionneur continue de lui tendre la main, d'en faire un pilier, de le titulariser. Didier Deschamps a-t-il raison ? Faut-il continuer à lui faire confiance ?

Il a raison. Heureusement que c'est comme ça. Paul Pogba a montré que c'était un très grand joueur. Il a montré qu'il était très important avec l'équipe de France et il a été là dans des grands moments. Il a été très important en Coupe du monde 2018. C'est justement là que le sélectionneur doit être là, dans les moments difficiles, sinon ça serait trop facile.

Toi, joueur, tu donnes ton max à ton entraîneur, et puis, quand tu es en difficulté, il te lâche ? Ce n'est pas comme ça que ça se passe, la vie.

Bixente Lizarazu

à franceinfo

Didier Deschamps, de façon très logique, il est là, il le soutient dans une période difficile. Pogba joue moins avec Manchester United. Je ne sais pas ce qui se passe dans ces clubs-là, c'est comme Antoine Griezmann avec Barcelone, ce sont un peu les mêmes effets. Il ne faut pas que cela ait un effet sur l'équipe de France. Il n'a pas été bon là, mais pour moi, il sera toujours un joueur majeur de l'équipe de France pour le prochain Championnat d'Europe.

Quitte à tordre un petit peu à la théorie de Didier Deschamps, qui disait qu'il fallait du temps de jeu en club pour jouer en bleu forcément ?

Oui, mais avec Olivier Giroud, ça ne s'est pas vraiment appliqué. Après, il y a des situations qui sont particulières. Olivier Giroud, à chaque fois qu'il joue avec l'équipe de France, il marque. Et Paul Pogba reste un des leaders et un des grands talents de cette équipe, toujours. Son talent ne s'est pas évaporé et ça, c'est une certitude. C'est une chance. Simplement, je pense qu'il a besoin de travailler physiquement pour retrouver son meilleur niveau.

L'équipe du Portugal est championne d'Europe en titre. Les Français vont les affronter dans leur groupe à l'Euro. Est-ce intéressant dans ce contexte là, de les jouer ce soir, qui plus est à Lisbonne ?

C'est très intéressant. C'est un des favoris de l'Euro et c'est un très bon test. Et c'est d'autant plus intéressant après avoir raté ce match face à la Finlande. Je pense qu'on va avoir une équipe de France très mobilisée, qui aura envie d'une revanche, face à un adversaire redoutable qui a aussi beaucoup d'ambition pour le Championnat d'Europe. Ils sont dans notre groupe, en plus, donc ça va être un match très intéressant à observer.

Il y a un joueur qui a fait l'actualité cette semaine, il a joué mercredi et il était titulaire, c'est Marcus Thuram. Vous avez joué avec son père, Lilian. Vous avez apprécié ce que vous avez vu chez lui face à la Finlande ?

J'ai apprécié parce qu'il a joué avec caractère et libéré. Dans la finition, il lui a manqué à certains moments un peu de lucidité, il aurait pu marquer un ou deux buts, peut être, mais en tout cas, dans l'envie, dans la créativité, dans la volonté de provoquer, de dribbler et d'essayer de trouver des solutions, il a été l'un des attaquants les plus intéressants pendant ce match. C'est une première sélection de qualité pour moi.

Et que ce soit le fils d'un de vos compagnons de France 98, ça fait quelque chose ?

Oui, ça me fait quelque chose parce qu'on les a vu tous petits et c'est magnifique. J'ai échangé là-dessus avec Lilian et je pense qu'on se doit, nous, de les laisser respirer, nos enfants. C'est le message qu'il m'a fait passer et j'ai bien compris pourquoi : ils ont besoin de grandir tranquillement. Nous, en tant que champions du monde, et Lilian le premier, je pense qu'il faut qu'on le laisse tranquille, qu'on le laisse un petit peu comme les autres.