Football : format à 64 équipes, système de montées et descentes, diffusion gratuite... On vous explique le projet de la Super Ligue

La décision de la Cour de justice européenne contre l'UEFA, jeudi, relance le projet de Super Ligue, qui a dévoilé son format à la suite.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Florentino Perez, le président du Real Madrid, s'exprime au sujet de la Super Ligue suite à la décision de la CJUE, jeudi 21 décembre. (MAXPPP)

Le projet Super Ligue va-t-il finalement voir le jour ? En estimant, jeudi 21 décembre, que les règles de l'UEFA et de la Fifa sur l'autorisation de compétitions, telles que la Super Ligue, violaient le droit de l'Union, la Cour de justice de l'Union européenne a relancé le projet de Super Ligue. En quoi consiste-t-il ? Pourquoi pose-t-il problème à certains acteurs ? Franceinfo: sport vous résume ce projet critiqué qui pourrait finalement être mise en place. 

Comment est né le projet ? 

S'il refait surface en 2023, le projet d'une Super Ligue européenne, portée par la société A22 Sports management, n'est pas nouveau. C'est le 18 avril 2021 que 12 clubs européens (le Real Madrid, le FC Barcelone, l'Atlético de Madrid, Manchester United, Manchester City, Chelsea, Arsenal, Tottenham, Liverpool, la Juventus, l'Inter et AC Milan) avaient donné leur accord pour lancer, à l'époque, "aussi tôt que possible" cette nouvelle compétition, consistant en une ligue fermée entre les meilleurs clubs d'Europe. La date avait été soigneusement choisie car le 19 avril 2021, l'UEFA annonçait la réforme de la Ligue des Champions avec un passage de 32 à 36 clubs en 2024. 

A l'époque, ce projet d'une ligue fermée avait fait grincer des dents en raison des revenus considérables attribués aux participants. En 2021, les organisateurs avaient annoncé qu'en contrepartie de leur engagement, les clubs fondateurs recevraient 3,5 milliards d'euros. A titre de comparaison, en 2019, l'UEFA avait attesté reverser 2,04 milliards d'euros aux clubs participants à la Ligue des champions et à la Supercoupe de l'UEFA 2019-2020. Les douze clubs fondateurs devaient également être assurés de participer à la compétition d'une année sur l'autre, ce qui représentait un avantage par rapport à la Ligue des champions, où les clubs sont qualifiés selon leur performance dans leur championnat national. Des avantages qui ne figurent plus dans les dernières annonces de l'A22.

Pourquoi la Super Ligue est-elle autant discutée ? 

Dès son annonce, le projet de Super Ligue avait fait polémique auprès de l'UEFA puisqu'il concurrence directement certaines de ses compétitions comme la Ligue des champions ou la Ligue Europa. Pour ces raisons, le patron de l'UEFA, Aleksander Ceferin, avait promis des sanctions aux joueurs évoluant dans les clubs fondateurs, annonçant qu'ils "ne pourront plus représenter leurs équipes nationales"

Face à ces menaces et à la forte opposition des supporters, notamment anglais, le projet s'était rapidement dégonflé, considérée comme une prise de pouvoir des plus grands clubs. Mais l'agence de marketing A22 avait porté l'affaire devant le tribunal de commerce de Madrid qui avait saisi la Cour de justice de l'Union européenne. Le 15 décembre 2022, l'avocat général de cette juridiction, Athanasios Rantos, avait formulé un avis en faveur de l'UEFA, estimant que " les règles de la Fifa et de l'UEFA soumettant toute nouvelle compétition à une autorisation préalable sont compatibles avec le droit de la concurrence de l'Union".

Mais mercredi, la Cour de justice européenne a finalement estimé que les règles de l'UEFA relatives à l'autorisation de compétitions de football, telles que la Super Ligue, dissidente de la Ligue des champions, étaient contraires au droit de la concurrence. Et ouvre donc la possibilité de sa création dans un futur proche.

Quel serait le format de la nouvelle compétition ? 

Dans son dernier communiqué publié ce jeudi, A22 a annoncé que la compétition masculine réunirait 64 équipes chez les hommes et 32 chez les femmes. Des chiffres bien supérieurs à ceux qui avait été prévus en 2021, puisqu'à l'époque la Super Ligue devait regrouper 20 équipes. 

Les 64 clubs seront répartis en trois ligues : Star, Gold et Blue avec un système de montées et de descentes. Les ligues Star et Gold incluront 16 clubs chacune, divisées en deux groupes de huit équipes. La Blue, le plus bas échelon, en comportera 32, répartis en quatre groupes de huit. Ce qui garantira 14 matchs par club et par saison au minimum (sept matchs à domicile et sept à l'extérieur).

La compétition sera séparée en deux parties : une phase de groupes et une phase éliminatoire, où les meilleurs de chaque groupe s'affronteront pour des promotions et relégations, ainsi que pour le titre dans la division la plus haute, la Star Ligue. Il y aura deux relégations par saison pour les divisions Star et Gold, et un roulement de 20 clubs sur les 32 en Blue Ligue directement avec les championnats nationaux.

Si les clubs participants ne sont pas encore connus, la compétition a pour but de réunir les meilleurs clubs européens dans des matchs qui se joueraient "en milieu de semaine et n'auront aucune incidence sur le calendrier des championnats nationaux", précise le communiqué. Parmi ces derniers, en 2021, seul le Bayern Munich s'était ouvertement mis en retrait du projet, alors que le PSG avait critiqué le projet. "Pour la première année de la compétition, les clubs seront sélectionnés sur la base d'un ensemble de critères transparents et fondés sur les performances", complète le communiqué. 

Comment serait financée la Super Ligue ?

Si les contours du financement restent encore flous, A22 indique que "les paiements de solidarité s'élèveront à 8 % du total, avec un minimum de 400 millions d'euros, soit plus du double du montant distribué par l'actuelle compétition européenne", soit la Ligue des champions.

Par ailleurs, l'organisation indique qu'une plateforme de streaming, nommée Unify, permettra de regarder gratuitement la Super Ligue pour les hommes comme pour les femmes. "La plateforme de streaming générera des revenus grâce à la publicité, aux abonnements premium, aux partenariats de distribution, aux services interactifs et aux sponsors. Les partenariats de distribution seront une composante importante de l'expérience Unify afin de garantir la facilité d'accès pour les fans", développe le communiqué.

Comment les clubs ont-ils réagi ? 

Depuis les dernières annonces de l'A22, de nombreux clubs se sont exprimés. Sans surprise, le FC Barcelone et le Real Madrid ont réaffirmé leur soutien à la Super Ligue. "Nous continuerons à défendre un projet moderne, pleinement compatible avec les compétitions nationales", a déclaré le président du club madrilène, Florentino Pérez, dans une allocution. Mais le projet ne fait pas l'unanimité. Dans un communiqué, le Bayern Munich a maintenu sa position initiale en annonçant qu'il ne participerait pas à la compétition. Le club bavarois estime qu'elle "constituerait une attaque contre l'importance des championnats nationaux et la structure du football européen". Manchester United et l'Atlético de Madrid, pourtant membres fondateurs du projet initial, ont également affirmé leur soutien à la version actuelle des compétitions européennes.

Côté français, l'Olympique de Marseille est le premier club à avoir réagi. En conférence de presse, le président du club, Pablo Longoria, a tancé cette décision, expliquant qu'une "ligue fermée, ce n'est pas du foot" et a appelé "à l'unité et au dialogue". La Ligue de football professionnelle (LFP) a, elle, apporté son soutien à l'UEFA. "rien ne peut remplacer la légitimité, la crédibilité et le prestige des compétitions européennes telles qu’elles sont organisées depuis maintenant plus de 60 ans", estime dans un communiqué Vincent Labrune, le président de la LFP, dont la position est alignée sur celle de la Premier League, qui "continue de rejeter tout concept de ce type".

En retrait du projet dès 2021, Nasser Al-Khelaifi, le président du PSG a confirmé sa position dans un communiqué : "Le Paris Saint-Germain rejette totalement et complètement tout projet de soi-disant Super Ligue, ce qui a été le cas depuis le premier jour et le restera toujours. En tant que fière institution européenne, le PSG soutient les principes du modèle sportif européen, les valeurs de compétition ouverte et d'inclusion, et travaille avec toutes les parties prenantes reconnues du football européen – surtout avec les supporters et les joueurs, qui sont au cœur du football –", a expliqué le dirigeant du club francilien et de l'association européenne des clubs (ECA).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.